Le fournisseur d'énergie Mega montre patte blanche au gouvernement

©Photo News

Mega a signé ce jeudi un accord de consommation en présence de plusieurs membres du gouvernement. Objectif: protéger les clients contre toute pratique illégale du fournisseur.

Après des années de presse négative, le fournisseur à bas coût d'énergie, Mega, montre aujourd'hui patte blanche au gouvernement ainsi qu'aux consommateurs. Ce jeudi, le fournisseur d'énergie a signé un accord de consommation en présence de la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen), du vice-Premier ministre et ministre de l'Économie et du Travail Pierre-Yves Dermagne (PS) et de la secrétaire d'État à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker (Open Vld).

En substance, l'accord de consommation vise à protèger les clients contre toute pratique illégale ou information trompeuse dans leur relation avec le fournisseur d'énergie. Il oblige notamment les entreprises à proposer au moins une fois par an le tarif le moins cher à leurs clients.

"La transparence s'est améliorée ces dernières années, mais le travail n'est pas encore terminé."
Tinne Van der Straeten
Ministre fédérale de l'Énergie (Groen)

Tinne Van der Straeten, qui a fait de la défense des consommateurs d'énergie l'un de ses chevaux de bataille, s'est félicitée de l'événement, déclarant: "Le marché de l'énergie évolue rapidement. La transparence s'est améliorée ces dernières années, mais le travail n'est pas encore terminé. C'est pourquoi le gouvernement travaille avec le secteur de l'énergie à un nouvel accord de consommation qui verra le jour cette année."

Mega trompeur

Cet accord de consommation fait directement suite à une enquête de l'Inspection économique ayant révélé cette année que, depuis 2014, Mega trompait ses clients en les appâtant avec des prix bas avant de les transférer vers des prix plus onéreux une fois leur contrat expiré.

Cette enquête, commandée par les ministres et la Secrétaire d'État pré-cités, avait contraint Mega à changer ses pratiques. Une amende de 200.000 euros avait également été infligée au fournisseur trompeur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés