Le fournisseur d'énergie verte et locale Bolt se lance en Wallonie

Pour être rentable, Bolt estime devoir séduire quelque 25.000 ménages à travers le pays. ©BELGA

Dans un marché ultra-concurrentiel où l'énergie dite "verte" est devenue un argument de vente, Bolt, un petit acteur du nord du pays, s'insère et espère convaincre par sa transparence.

"En Wallonie, 28% des ménages se fournissent en énergie par des contrats verts, mais seul un quart d'entre eux dispose de garanties quant à la provenance réelle de cette énergie." C'est sur ce constat, ici résumé par son CEO et cofondateur Pieterjan Verhaeghen, que repose le business model entier du fournisseur d'énergie Bolt ainsi que son appétit pour la conquête du sud de la Belgique.

Aujourd'hui, le petit fournisseur incubé par Start-it KBC décide en effet d'avancer d'un pas supplémentaire dans le marché belge après avoir réussi à convaincre près de 6.000 ménages et 65 producteurs en Flandre en deux ans d'existence. L'objectif? "Devenir la première plateforme en Belgique où les ménages peuvent acheter leur énergie directement à des producteurs locaux", explique Pieterjan Verhaeghen.

Transparence

Le concept, s'il n'est pas nouveau à l'échelle mondiale, a tout de même le mérite d'aller à contre-courant du secteur belge de la fourniture en énergie, grevé par des marges toujours plus faméliques et une concurrence acharnée. "Nous ne proposons pas seulement un contrat vert mais nous en assurons la provenance et mettons les producteurs en lumière", précise ici le jeune CEO.

"Nous ne proposons pas seulement un contrat vert mais nous en assurons la provenance et mettons les producteurs en lumière."
Pieterjan Verhaeghen
CEO et cofondateur de Bolt

En effet, le modèle de Bolt repose sur la mise en relation entre producteurs et consommateurs. Pour un frais fixe de 5 euros par mois, l'entreprise fait le lien entre les installations renouvelables locales exploitées par de petits producteurs locaux (éoliennes, unités hydroélectriques, panneaux solaires ou biomasse) et ses clients qui devront en plus s'acquitter du prix affiché sur les marchés de gros.

De la sorte, Bolt s'attaque frontalement au problème de l'énergie "vert de gris", c'est-à-dire vendue comme verte mais dont la provenance est difficilement identifiable.

Equilibre

Pour s'assurer de pouvoir fournir de l'énergie verte en permanence, la start-up s'engage à racheter la totalité de l'énergie produite par les producteurs listés sur sa plateforme. Ainsi, Bolt achète plus que ce qu'elle peut vendre à ses clients, ce qui compense les moments où le soleil brille moins et le vent souffle peu. Le surplus d'énergie est ensuite revendu sur les marchés de gros. "L'intégration de capacités hydroélectriques au modèle nous permet aussi d'assurer une certaine flexibilité", précise Pieterjan Verhaeghen.

Avec l'entrée au capital de l'énergéticien Luminus en échange de 60% de ses parts, Bolt a, plus que jamais, la croissance dans le viseur. Pour être rentable, le fournisseur estime devoir séduire quelque 25.000 ménages.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés