Le groupe de presse Rossel met son imprimerie au vert grâce à Luminus

Le CEO de Luminus, Grégoire Dallemagne, et celui de Rossel, Bernard Marchant, ont inauguré l'éolienne ce mercredi.

Grâce à une éolienne installée par l'énergéticien Luminus, le groupe de presse Rossel alimente désormais son imprimerie de Nivelles en électricité verte et locale. Un premier pas avant de s'attaquer aux centres de données, très gourmands en énergie.

Depuis la fin du mois de novembre, les rotatives de l'imprimerie nivelloise du groupe de presse Rossel sont en grande partie mues par de l'électricité verte et locale. Et pour cause: une éolienne d'une capacité de 2,3 MW trône désormais fièrement à l'entrée du site et arbore les couleurs du groupe ainsi que celles de l'énergéticien Luminus.

"Rossel cherche depuis longtemps à verdir son activité. Le site de Nivelles est très bien exposé au vent et l'installation d'une éolienne constitue pour nous une solution idéale", indique Bernard Marchant, le CEO du groupe.

63%
De la consommation de l'imprimerie
En décembre 2020, mois peu venteux, 63% de la consommation d'électricité de l'imprimerie a été assurée par l'éolienne de Luminus.

Financée par Luminus, l'éolienne devrait permettre à l'imprimerie de couvrir 70% de sa consommation en électricité (63% en décembre 2020). Le surplus d'énergie sera alors réinjecté dans le réseau. "Le but est que Rossel auto-consomme un maximum. L'électricité produite lui sera vendue au prix du marché. L'économie sur la facture sera réalisée grâce à la suppression des coûts de transport", décode Grégoire Dallemagne, le CEO de Luminus.

Verdir les data centers

Mais au temps de la numérisation de la presse, verdir l'imprimerie ne constitue qu'une première étape vers la décarbonation. En effet, le site de Nivelles, et ses 3,5 millions de journaux imprimés chaque semaine, ne compte que pour 50% de la consommation électrique du groupe. L'hébergement des serveurs dans des centres de données à Lille et à Charleroi est également très énergivore et complète le solde. Mais Bernard Marchant en est conscient. "Nous voulons proposer à nos lecteurs un journal plus vert, tant sur papier qu'en ligne. La prochaine étape pour nous sera de verdir nos centres de données", annonce-t-il.

"Nous voulons proposer à nos lecteurs un journal plus vert, tant sur papier qu'en ligne. La prochaine étape pour nous sera de verdir nos centres de données."
Bernard Marchant
CEO de Rossel

Mais avant que des éoliennes ne puissent alimenter les serveurs de Rossel, il faudra peut-être faire montre de patience. En effet, le projet nivellois aura mis 8 ans à germer. En cause, les contraintes administratives liées principalement à l'obtention de permis. "Aujourd'hui, le seul frein au développement de l'éolien terrestre est la procédure d'obtention de permis", assène Grégoire Dallemagne. "Pour entrer en ligne avec les objectifs de décarbonation, il est impératif de généraliser les initiatives comme celle-ci et, pour cela, il faut lever les obstacles administratifs."

"Aujourd'hui, le seul frein au développement de l'éolien terrestre est la procédure d'obtention de permis."
Grégoire Dallemagne
CEO de Luminus

En 2020, sur les quelque 70 MW éoliens terrestres installés en Wallonie, près de la moitié portent la marque de Luminus. Selon Grégoire Dallemagne, ces chiffres pourraient augmenter à condition que la législation évolue. En clair, le patron plaide pour que le pays se donne les moyens de ses ambitions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés