Le soutien des centrales au gaz belges fait débat

©Hollandse Hoogte / John Peters

La Febeliec s’oppose au mécanisme de soutien financier aux centrales au gaz. En cause, une étude prospective de la sécurité d’approvisionnement du réseau belge publiée par le gestionnaire du réseau électrique Elia, jugée trop pessimiste par les uns (Febeliec) et préoccupante par les autres (Febeg).

La sortie du nucléaire est prévue en 2025 en Belgique. Pour la permettre, une partie conséquente de la capacité de production électrique devra être assurée par les solutions d’énergie renouvelable et par des centrales au gaz. Problème, bon nombre de ces centrales sont aujourd’hui sous-utilisées, peu rentables et disposent d’installations dépassées.

Un mécanisme pour soutenir les centrales

La solution pour financer leur fonctionnement s’appelle le CRM. Ce mécanisme de soutien des centrales au gaz permet de rémunérer la capacité disponible mise à disposition par les centrales, par-dessus le prix perçu par MWh fournit. Par ce mécanisme, un objectif double est visé: l’assurance de la sécurité d’approvisionnement en électricité et le financement des centrales au gaz, en cruel besoin de rénovation.

Si ce mécanisme fait débat, c’est en raison de son financement. En effet, Febeliec, la fédération des consommateurs industriels d’énergie en Belgique, regrette l’alourdissement de la facture d’électricité des ménages et des consommateurs industriels résultant de la mise en pratique d’une telle mesure et préconise que son usage ait lieu "uniquement comme solution de dernier recours". Le coût du mécanisme, estimé entre 300 et 690 millions d’euros par la Creg, reposerait en effet sur les consommateurs et viendrait gonfler des factures d’électricité, déjà élevées, surtout pour les clients industriels.

L’étude de la discorde

L’argumentaire de la Febeliec repose sur la suggestion d’amélioration émise par la Creg, la Commission de régulation de l’électricité et du gaz, quant à une étude publiée par Elia, le gestionnaire du réseau électrique. Dans cette étude, Elia partage ses attentes relatives à la sécurité d’approvisionnement en électricité pour la période 2020-2030 et juge que des investissements substantiels devront être réalisés dans les années à venir, entre autres dans des capacités supplémentaires de production. Pour Elia, l’introduction du CRM est indispensable et urgente.

"Commençons par nous mettre d’accord sur les prévisions avant de prendre des décisions."
Peter claes
Directeur de la febeliec

En réponse, la Creg estime que "certaines hypothèses de l’étude d’Elia peuvent mener à une surestimation des besoins en capacités évalués par Elia" et considère qu’une étude complémentaire serait la bienvenue, compte tenu de "l’impact du coût d’un CRM sur la facture des consommateurs".

Un groupe de travail composé d’Elia, la Creg et la Direction générale de l’Energie ainsi que du Bureau fédéral du plan a été attaché à l’étude approfondie des observations d’Elia, en vue de procéder aux améliorations préconisées par la Creg.

De son côté, Peter Claes, le directeur de la Febeliec explique: "Nous ne sommes pas contre le CRM en soi, mais nous ne comprenons pas que le régulateur (la Creg) et le gestionnaire du réseau de transmission (Elia) tirent des conclusions si différentes sur la base de chiffres actuels. Commençons par nous mettre d’accord sur les prévisions avant de prendre des décisions."

Du côté des producteurs et des fournisseurs de gaz et d’électricité, la Febeg rappelle qu’il y a "urgence concernant la sécurité d’approvisionnement". Son directeur, Marc Van den Bosch, prône la confiance dans les observations d’Elia, rappelant qu’"Elia est un pionnier européen en matière d’études sur la sécurité d’approvisionnement". Il insiste aussi sur la nécessité d’aller de l’avant quant à la mise en place du CRM, "ce mécanisme est un filet de sécurité très important pour un pays électro-intensif comme la Belgique. Evitons de le remettre en cause, une loi a déjà été votée à son sujet".

Que l’on considère qu’il y ait urgence ou pas, le CRM reste, inévitablement, au programme.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect