Les batteries en passe de concurrencer gaz et charbon

Des batteries Tesla ©REUTERS

Avec la chute du prix des batteries, combiner du solaire ou de l’éolien avec du stockage devient parfois moins cher qu’une centrale au gaz ou au charbon.

La chute est spectaculaire: le coût de l’électricité fournie par des batteries lithium-ion a chuté de 35% depuis le premier semestre 2018 pour atteindre 187 dollars par MWh, montre un récent rapport de Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Dans le même temps, l’éolien en mer et le photovoltaïque sont eux aussi devenus moins chers, atteignant respectivement 50 dollars et 57 dollars par MWh pour des projets dont la construction a commencé début 2019, soit 10% et 18% de moins qu’il y a un an.

Ces estimations de BNEF, basées sur les informations de près de 7.000 projets dans le monde, concernent le coût actualisé de l’énergie, ou LCOE, un indicateur souvent utilisé dans le secteur électrique, qui correspond à l’ensemble des coûts actualisés de production divisé par la quantité d’énergie produite.

"Les technologies propres menacent le rôle d’équilibrage que les centrales au gaz espéraient jouer."
Tiffen Brandily
Analyste chez BNEf

Depuis 2010, le LCOE par MWh de l’éolien terrestre a baissé de 49%, celui de l’éolien en mer de 56% et celui du grand photovoltaïque de 84%. Celui des batteries lithium-ion a lui chuté de 76% depuis 2012, estime le rapport de BNEF sur base des coûts de projets récents et des prix historiques des batteries.

Cette amélioration impressionnante des coûts des batteries lithium-ion ouvre de nouvelles opportunités. Des batteries installées au même endroit que des projets solaires ou éoliens commencent à être concurrentielles, sur beaucoup de marchés et sans subsides, avec des centrales au charbon et au gaz pour la fourniture d’électricité pilotable, souligne BNEF. L’électricité peut désormais être délivrée quand le réseau en a besoin, et non plus seulement quand le vent souffle ou que le soleil brille.

"Le photovoltaïque et l’éolien terrestre ont gagné la course des sources de production de masse les meilleur marché dans la plupart des pays, mais l’empiétement des technologies propres va bien au-delà de ça, menaçant le rôle d’équilibrage que les opérateurs de centrales au gaz, en particulier, espéraient jouer", souligne Tiffen Brandily, analyste en économie de l’énergie chez BNEF, dans un communiqué.

Les centrales au gaz, utilisées ces dernières années surtout pour couvrir les pics de demande d’électricité, vont en effet devoir faire face à la concurrence des batteries pour la couverture de ces pics de demande durant quelques heures.

De sérieux bémols

Quelques sérieux bémols, tout de même: si l’amélioration des technologies et les économies d’échelle ont aidé à pousser les prix des batteries vers le bas, l’explosion de la demande, aux États-Unis et en Corée du Sud en particulier, a déjà conduit à des goulots d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement.

Et un boom de la production de batteries à destination du secteur électrique, qui viendraient s’ajouter à celles nécessaires aux véhicules électriques, aurait des conséquences dramatiques sur l’environnement, vu les quantités de minéraux qu’il faudrait extraire.

©Mediafin

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect