Publicité

Les coopérateurs d'Enercoop au cœur d'une tornade entre actionnaires

©Photo News

La semaine dernière, par voie de presse, Bernard Delville, un des fondateurs d’Enercoop, faisait part de problèmes financiers. A priori, ce sont aussi des divergences de vue qui empêchent la structure de déployer tous ses effets. Les discussions n’ayant pas abouti, des administrateurs provisoires ont été désignés pour cogérer Vents d’Houyet et gérer Enercoop. Si aucune solution n’est dégagée, c’est tout le modèle de celui qui se voulait le premier acteur wallon de l’éolien coopératif qui pourrait vaciller.

L’affaire est complexe. Et, à ce stade, les langues ne se délient pas facilement. Une seule certitude: le millier de coopérateurs d’Enercoop, active dans l’énergie renouvelable, se retrouve au cœur d’une bataille d’actionnaires qui passe bien au-dessus de leur tête. Et qui a vu trois administrateurs provisoires désignés pour tenter de mettre de l’ordre dans tout cela.

La première amorce date de la semaine dernière lorsque Bernard Delville, à la tête de la Fondation Kids & Wind, avertit nos confrères de L’Avenir de problèmes financiers au sein de la coopérative Enercoop, des soucis qui ont nécessité l’intervention de la Justice.

Fondée en juillet 2015, Enercoop devait être la coopérative numéro un active dans l’éolien et les énergies renouvelables en Wallonie. Le plan d’affaires élaboré est assez simple: la coopérative avait pour objectif de lever 15 millions d’euros sur 5 ans auprès de 10.000 coopérateurs.

Derrière cela, la société en commandite par action à finalité sociale Vents d’Houyet (VDH) réalisait les projets, essentiellement des éoliennes de gros calibres. Aujourd’hui, Enercoop a levé près de 800.000 euros auprès d’un millier de coopérateurs.

Divergences de vue

La société coopérative Enercoop a été créée par Vents d’Houyet, représentée par Bernard Delville, par la Fondation Kids & Wind, présidée par Bernard Delville, et par Jean-François Mitsch, attiré par le secteur des énergies renouvelables et par l’idée d’un projet durable à finalité sociale.

Portés par les succès d’Enercoop France (qui n’a aucun lien avec Enercoop Belgique) et d’Ecopower, une coopérative active en Flandre, les associés, poussés dans le dos par la sortie du film "Demain" se lancent dans une vaste campagne de promotion d’Enercoop. Les projections du film et les conférences se succèdent, nous a expliqué hier Jean-François Mitsch, le seul qui, à ce stade, a accepté de nous donner sa version des faits, à titre personnel "et dans l’intérêt des coopérateurs".

Sans entrer dans le fond du dossier, des divergences de vue sur la finalité des projets et sur l’aspect coopératif de ceux-ci auraient poussé Bernard Delville à demander la démission d’un commandité de Vents d’Houyet.Après bon nombre de tergiversations, celui-ci accepte de remettre sa démission. Il ne sera pas remplacé et, selon Jean-François Mitsch, il s’agit d’un acte contraire aux statuts de Vents d’Houyet.

On l’a dit, ce sont de sérieuses divergences de vue quant à la marche à donner à l’ensemble de la structure qui ont débouché sur cette guerre de clans. Toujours est-il que le démissionnaire a introduit une action en Justice devant le tribunal de commerce de Namur afin d’obtenir la désignation d’un administrateur provisoire. Demande appuyée par Jean-François Mitsch qui était alors président du conseil de surveillance de Vents d’Houyet. C’est dans ce contexte qu’Olivier Servais a été nommé administrateur provisoire de Vents d’Houyet dans le courant du mois de janvier 2018.

"Des solutions sont sur la table pour qu’Enercoop tienne ses engagements."
jean-françois mitsch
Cofondateur d’Enercoop

Récemment, la Fondation Kids & Wind, présidée par Bernard Delville, a intenté une action en Justice devant le tribunal de commerce de Nivelles afin de faire désigner un administrateur provisoire chez Enercoop. Le tribunal a d’abord accepté de désigner un expert judiciaire.

Après un audit des comptes, celui-ci a voulu convoquer une assemblée pour qu’elle se prononce sur la poursuite de l’activité. C’est dans ce contexte que Nicholas Ouchinsky et Alec Maréchal ont été nommés administrateurs provisoires.

Voilà où en sont les choses. Dans l’attente, les administrateurs provisoires se mettent en ordre de bataille pour éclaircir la situation sur les différents fronts. Et Jean-François Mitsch l’assure: "Des solutions sont sur la table pour qu’Enercoop tienne ses engagements vis-à-vis des coopérateurs, mais Vents d’Houyet devra aller au bout de ses engagements." Où il est question de transfert d’actifs (des éoliennes) de VDH à Enercoop.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés