Les industriels tonnent contre le prix de l'électricité en Belgique

Les industriels craignent que la situation s'aggrave après 2025. ©Wouter Van Vooren

La neuvième étude de Deloitte commandée par la fédération des consommateurs d'énergie (Febeliec) démontre que les gros consommateurs payent encore plus cher leur électricité que dans les pays voisins.

C'est un rendez-vous annuel. La Febeliec, la fédération des consommateurs d'énergie en Belgique, commande chaque année une étude au consultant Deloitte afin de comparer les prix de l'électricité dont doivent s'acquitter ses membres en Belgique par rapport aux pays voisins. Et une fois encore, le constat est sans appel. L'électricité est plus chère pour les gros consommateurs que dans les pays limitrophes. En 2020 en Belgique, les prix étaient de 7 à 27% plus élevés que la moyenne des Pays-Bas, de l'Allemagne et de la France. L'an dernier, l'écart oscillait entre 8 et 29%.

"Malgré nos demandes répétées aux ministres compétents, nous devons constater que la situation ne s'est pas améliorée."
Luc Sterckx
Président de la Febeliec

Et la Febeliec perd patience. "Malgré nos demandes répétées aux ministres compétents, nous devons constater que la situation ne s'est pas améliorée", regrette Luc Sterckx, le président de la fédération. "La Febeliec reste perplexe face à ce manque d'action et nous craignons pour la compétitivité de notre industrie", poursuit-il.

En moyenne, le MWh consommé en Flandre coûte effectivement 4 euros de plus pour une entreprise consommant 1.000 GWh par an et 8 euros de plus pour 100 GWh. En Wallonie, le surcoût est de 5 à 16 euros. Ainsi, pour un industriel consommant 100 GWh par an, cela correspond à un supplément de 0,7 million d'euros en Flandre et 1,6 million en Wallonie.

Taxes

Derrière cette différence notable, Deloitte repère des taxes et des frais de réseaux plus importants en Belgique qu'ailleurs. Malgré une convergence des prix sur les marchés de gros, l'électricité belge est donc restée plus chère. "Les prix de l'électricité ont augmenté par rapport à 2020. Cela s'explique par une hausse des frais de réseau d'environ 1% dans les deux régions, mais surtout par une augmentation des taxes de 8% en Flandre et de 2% en Wallonie", lit-on dans l'étude.

Le rapport souligne aussi que les gros consommateurs voisins bénéficient de certaines réductions sur leur facture, contrairement à leurs homologues belges.

CRM

Notons que, selon la fédération, la situation ne risque pas de s'améliorer après 2025. "Nous craignons que le financement du CRM (le mécanisme de rémunération de la capacité qui vise à garantir la sécurité d’approvisionnement en électricité au sortir du nucléaire, NDLR) aggrave encore le fardeau compétitif des consommateurs industriels", pointe Luc Sterckx.

"La prolongation de durée de vie de 2 GW de capacité nucléaire est aujourd’hui la décision la plus rationnelle pour garantir la sécurité d’approvisionnement."
Luc Sterckx
Président de la Febeliec

"De plus, il est peu probable que le CRM soit opérationnel à temps pour la première enchère prévue pour octobre 2021. La prolongation de durée de vie de 2 GW de capacité nucléaire est aujourd’hui la décision la plus rationnelle pour garantir la sécurité d’approvisionnement", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés