carte blanche

Les jours des fournisseurs classiques d'énergie sont désormais comptés

Avec la transition énergétique en cours, les fournisseurs d’énergie prendront de plus en plus leurs responsabilités de "gestionnaires". Quant aux citoyens ils devront aussi s’adapter et modifier leur consommation des sources d’énergie renouvelables.

La plupart des gens ne l’auront sans doute pas noté, mais lundi 7 décembre a été un jour historique pour le secteur belge de l’énergie. Sur le marché de l’électricité, les prix de l’électricité ont grimpé jusqu’à 2.291 €/MWh. De tels sommets n’avaient encore jamais été atteints. À titre de comparaison, le prix fixé dans les contrats d’énergie pour les particuliers tourne en moyenne autour de 50 €/MWh. Cette soudaine flambée a été la conséquence d’une production éolienne très inférieure aux prévisions. Le déficit a même été supérieur à 1.000 MW en raison d’un manque de production à certaines heures.

Jean-Jacques Delmée (Eneco). ©Eneco

Pourtant, cette situation ne constitue pas toujours un problème. Elia, le gestionnaire du réseau à haute tension, compense en général ces fluctuations en activant des réserves. Ce qu’il s’est passé c’est que les réserves disponibles ce lundi-là étaient juste suffisantes pour couvrir le déficit, d’une part, parce que la production d’électricité dans le reste de l’Europe occidentale était basse elle aussi et d’autre part, parce qu’une centrale nucléaire avait connu un arrêt imprévu en France. Le genre de chose qui peut arriver en Belgique aussi.

Bref, tous ces facteurs se sont conjugués pour créer un manque de fourniture d’électricité qui a obligé Elia à utiliser toute la capacité de réserve existante. Certaines entreprises ont d’ailleurs été invitées à arrêter leur production pour rétablir l’équilibre sur le réseau. C’est évidemment quelque chose qu’elles ne font pas sans contrepartie, et elles facturent fort cher ces arrêts de production. Les pertes encourues sont alors refacturées auprès des fournisseurs d’énergie. Mais comme ces derniers n’avaient pas acheté suffisamment d’électricité, ils ont été contraints d’en acquérir à un tarif historiquement élevé. C’est une situation dangereuse pour le marché, comme nous avons déjà pu nous en rendre compte à plusieurs reprises dans un passé récent.

Ce phénomène va a priori devenir de plus en plus fréquent avec l’augmentation de la production d’énergies renouvelables. Certes, produire de l’électricité avec le soleil ou le vent est bon marché et ne rejette pas de CO2 mais le gros inconvénient, par contre, est que cette production est plus difficile à prévoir.

Les citoyens aussi devront s'adapter

En d’autres termes, les citoyens devront aussi s’adapter et modifier leur consommation des sources d’énergie renouvelables, par exemple en rechargeant leur voiture électrique ou en faisant fonctionner le lave-vaisselle quand la production d’énergie éolienne et solaire est suffisante, à un moment précis. Nous constatons aujourd’hui que nombreuses entreprises s’y mettent déjà. L’époque où les centrales électriques conventionnelles produisaient de l’électricité en fonction de ce que les clients et les entreprises achetaient est en passe de s’achever.

"Les fournisseurs d’énergie traditionnels vont devoir se réinventer en tant que «gestionnaires d’énergie» accompagnant leurs clients à aligner leur consommation sur la production des sources d’énergie renouvelables."
Jean-Jacques Delmée
CEO Eneco Belgique

Ce phénomène est d’ailleurs au cœur de la transition énergétique à laquelle nous allons prendre part les années à venir: réduire notre consommation d’énergie tout en l’adaptant à l’offre. Les fournisseurs d’énergie traditionnels vont devoir se réinventer en tant que «gestionnaires d’énergie» accompagnant leurs clients à aligner leur consommation sur la production des sources d’énergie renouvelables. En se basant sur les données des clients provenant des compteurs numériques et en appliquant des algorithmes basés sur l’intelligence artificielle, il sera possible de conseiller les citoyens et les entreprises au mieux et leur expliquer à quel moment de la journée ils peuvent consommer cette énergie renouvelable au meilleur prix.

Ce qui s’est passé le 7 décembre n'a pas eu d'incidence sur la facture énergétique des particuliers. Néanmoins, nous ne pouvons pas exclure la possibilité que des coûts leur soient facturés à l’avenir, ce qui mettrait en péril le financement de nouveaux projets éoliens et photovoltaïques. Ces fluctuations extrêmes pourraient dissuader les investisseurs. Il nous faut donc continuer à investir dans le développement des énergies renouvelables, dans l’interconnexion avec nos voisins pour importer et exporter les déficits ou les excédents, ainsi que dans la flexibilité de notre propre réseau électrique.

D’importants défis nous attendent, nous ne pouvons pas les esquiver. Ce rôle de gestionnaire d’énergie permettra de profiter réellement des avantages financiers sans faire de sacrifice en termes de confort. Nous pouvons nous attaquer tous ensemble à la transition énergétique afin de jeter les bases d’une société durable et à faible empreinte carbone. Les fournisseurs d’énergie prendront de plus en plus leurs responsabilités de gestionnaires, permettant aux citoyens de profiter réellement de tous les avantages de la transition.

Jean-Jacques Delmée
CEO Eneco Belgique

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés