Les pétroliers se portent bien

Tant Shell qu'ExxonMobil publient des bénéfices meilleurs qu'attendus. Tous les deux profitent de leurs activités de raffinage. Mais les ventes de l'américain déçoivent les analystes.

• Royal Dutch Shell annonce une hausse de 18% de son bénéfice au troisième trimestre, grâce à la hausse des prix des carburants, dépassant également l'ensemble des prévisions des analystes.

Le premier groupe pétrolier européen par la capitalisation boursière a fait état d'un bénéfice net de 3,52 milliards de dollars à coût courant.Hors exceptionnels et certaines charges, le bénéfice a bondi de 88% à 4,93 milliards de dollars, dépassant largement un consensus le donnant à 4,29 milliards.

ConocoPhillips, le troisième pétrolier américain, avait dit mercredi que son bénéfice trimestriel avait plus que doublé grâce à une hausse des prix du pétrole brut et du gaz naturel et à un rebond des marges des raffinage aux USA.

Les deux groupes ont tiré parti d'une hausse de 12% des cours du brut par rapport au troisième trimestre 2009, tandis que les prix du gaz naturel aux Etats-Unis ont augmenté de 29% et que les prix du gaz en Grande-Bretagne ont doublé.

Les marges de raffinage ont également progressé d'une manière générale en moyenne.

Shell a contribué à ce rebond généralisé par une croissance de 5% de sa production de gaz et de pétrole durant le trimestre, par rapport à la période comparable de 2009, à 3,1 millions de barils d'équivalent pétrole par jour, ce qui dépasse un petit peu les prévisions.C'est toutefois dans le raffinage que Shell a largement dépassé les attentes, avec un bénéfice supérieur de 50% environ à ce qui était anticipé.

Le directeur général Peter Vosel a dit que le pétrolier continuerait de vendre des actifs non stratégiques, surtout dans la distribution et le raffinage.Le groupe maintient ses objectifs financiers pour l'ensemble de 2010.

Il a annoncé le paiement d'un dividende de 0,42 dollar par action pour le 3e trimestre.

 

ExxonMobil, le premier groupe pétrolier mondial, a annoncé jeudi un bénéfice meilleur qu'attendu et en hausse de 55% au troisième trimestre, mais le chiffre d'affaires est ressorti en deçà des attentes de Wall Street.

Le bénéfice net part du groupe s'est élevé à 7,35 milliards de dollars, soit 1,44 dollar par action, alors que les analystes tablaient en moyenne sur 1,39 dollar.

Le chiffre d'affaires du groupe américain a progressé de 16% sur un an à 95,3 milliards de dollars, grâce à une hausse des prix énergétiques depuis un an et une amélioration des marges de raffinage. Les analystes de Wall Street espéraient toutefois mieux (98,1 milliards de dollars en moyenne).

"Malgré des incertitudes économiques qui continuent, nous avons eu de bons résultats trimestriels (...) grâce à des prix plus élevés du pétrole et du gaz naturel, des marges de raffinages en hausse et des résultats solides dans nos activités chimiques", a indiqué le PDG Rex Tillerson.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés