Publicité
analyse

Les prix à terme de l'électricité s'emballent, voici pourquoi

La reprise de l'activité économique explique en grande partie l'augmentation des prix de l'électricité. ©Belgaimage

Depuis le début de l'année 2021, les prix de l'électricité sur les marchés de gros sont repartis fortement à la hausse. Au point d'impacter la facture? Explications.

Cela s'agite sur les marchés à terme de l'électricité. Et sur les réseaux sociaux aussi. Depuis le début de l'année 2021, les prix à terme (forward) de l'électricité sont fortement repartis à la hausse, au point de provoquer l'inquiétude de plusieurs experts du secteur.

Approchant la barre des 80 euros du MWh, contre moins de 30 euros au plus fort du confinement, les prix témoignent en effet d'un emballement, fruit de l'action de plusieurs facteurs. Pour certains, cette hausse se fera ressentir sur la facture. Une conclusion qui semble hâtive, au vu des éléments actuellement disponibles.

Un impact sur la facture?

S'il est indéniable que les marchés à terme – soit ceux qui permettent aux fournisseurs d'acheter de l'électricité pour une livraison différée, mais dont le prix est fixé au jour du contrat – connaissent une forte hausse, l'impact de celle-ci sur la facture n'est pas automatique.

"Il est vrai que les prix à terme influencent aussi la facture du consommateur, mais de façon indirecte."
Sophie Lenoble
Porte-parole de la Creg

"Les formules d'indexation servant de base au calcul des contrats variables d'électricité sont basées sur les prix à court et moyen terme", indique Sophie Lenoble, porte-parole de la Creg, le régulateur du secteur de l'énergie en Belgique. Et sur ces marchés, la hausse des prix existe aussi, mais de façon nettement moins marquée. Entre février et mai 2021, les prix day-ahead sont passés de 48,6 euros du MWh à 56,9.

"Il est vrai que les prix, à terme, influencent aussi la facture du consommateur, mais de façon indirecte. Ceux-ci influencent d'abord le prix d'achat des fournisseurs, au même titre que les marchés de court et moyen terme", ajoute Sophie Lenoble. En clair, c'est la combinaison des évolutions de prix sur les différents marchés qui définit, au final, la partie "énergie" du prix fixé par les fournisseurs. Là, il semble bon de rappeler que cette part de la facture ne compte que pour 25 à 30% du solde, le reste étant occupé par les frais de réseau, les redevances diverses et la TVA.

Pour la porte-parole de la Creg, le contexte haussier que nous connaissons actuellement n'empêche nullement aux consommateurs de réaliser des économies. "Il est primordial pour les ménages de comparer les contrats", insiste-t-elle, alors que de nombreux Belges continuent de payer leur énergie trop cher.

Les raisons de la hausse

Impact sur la facture finale ou pas, cette hausse des prix pose tout de même question. Pour la comprendre, il faut d'abord penser en termes de relance économique et de reprise des activités. "Les prix ont été historiquement bas en 2020, en grande partie à la suite de pandémie mondiale. Les prix remontent depuis quelques mois, notamment avec l’augmentation de la reprise et de la demande", avance ici Sophie Lenoble.

Évolution des prix de l'électricité sur les marchés à terme depuis juin 2019.

Mais, outre ce principal facteur explicatif, la Creg note l'impact non négligeable de l'augmentation du prix de la tonne de CO2. En effet, en passant à 55 euros, contre seulement 23 il y a un an, la tonne de CO2 coûte beaucoup plus cher aux producteurs d'électricité à base de combustibles fossiles comme le gaz et le charbon. Il est donc logique que cela se ressente dans les prix qu'ils proposent au marché.

"Les prix remontent depuis quelques mois, notamment avec l'augmentation de la reprise et de la demande."
Sophie Lenoble
Porte-parole de la Creg

Ensuite, la Creg note que le niveau de stockage de gaz en Europe est aujourd'hui inférieur de 37 % à la moyenne. En clair, le continent passe en mode importateur au niveau du gaz naturel, exerçant ainsi une pression sur les prix. Comme dernier facteur, le régulateur pointe les températures aux mois d’avril et de mai qui "ont été plus basses que la normale, conduisant à une hausse de la demande de gaz et en électricité en Europe, dans un contexte où l'offre de LNG est également sous pression".

Le résumé

  • Les prix de l'électricité sur les marchés à terme sont en forte augmentation.
  • Ces prix ont une influence indirecte sur une petite portion de la facture du consommateur final.
  • Cette hausse s'explique par la reprise de l'activité économique, la hausse du prix de la tonne de CO2, les faibles réserves gazières européennes et les basses températures des mois derniers.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés