Nouvelles dépréciations en vue chez Engie

©BELGA

Engie est moins optimiste pour 2015, ave des résultats qui devraient se situer dans le bas de la fourchette prévue. Il prévoit aussi des dépréciations.

Sur les 9 premiers mois de 2015, le résultat opérationnel courant du groupe Engie (ex-GDF Suez) chute de 17,2% par rapport à la même période en 2014. L’Ebitda (excédent brut d’exploitation) recule de 7,5%. La baisse des prix du pétrole et du gaz, qui pèse sur les activités d’exploitation-production et sur les ventes de GNL, coûte au groupe 800 millions d’Ebitda sur 9 mois. La baisse des prix de vente de l’électricité, elle, lui coûte 400 millions.

L’indisponibilité des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2, touchés par des microfissures, ainsi que la mise à l’arrêt de Doel 1, qui a atteint les 40 ans d’exploitation et attend un feu vert définitif pour sa relance, représentent 300 millions d’euros d’Ebitda en moins seulement par rapport à la même période en 2014 – il est vrai que Doel 3 et Tihange 2 sont à l’arrêt depuis le 26 mars 2014.

©Patrick dhaeyere

Le groupe, qui avait réduit de 100 millions d’euros son objectif de résultat net récurrent part du groupe le 1er octobre dernier, confirme ses objectifs financiers. Mais, vu la performance des 9 premiers mois de l’année, il annonce qu’on sera dans le bas de la fourchette annoncée (entre 2,75 et 3,05 milliards d’euros). Engie prévoit toujours de distribuer un dividende représentant 65 à 75% de ce résultat net récurrent par du groupe, avec un minimum d’1 euro par action.

De nouvelles dépréciations sont aussi à prévoir. Engie a entamé la révision annuelle de la valeur de ses actifs, et vu les conditions de marché dégradées, il est prévisible qu’il revoie certains d’entre eux à la baisse. Mais cela aura un effet sur le résultat net part du groupe, pas sur le résultat net récurrent.

• En Belgique, le chiffre d’affaires recule de 11,9% sur les 9 premiers mois de l’année, à 5,592 milliards d’euros. Il est en recul de 6,1% dans les autres pays de l’Union européenne, et de 7,7% dans la zone Asie, Moyen-Orient et Océanie. Il se tasse aussi de 2,4% en Amérique du Sud.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés