Près d'un Belge sur deux choisit désormais une voiture à essence

©© Ton Koene

Lundi, l’essence 95 E10 remplacera l’essence 95. Ce nouveau carburant permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Plus de 4 Belges sur 10 roulent désormais dans une voiture à l’essence.

À partir de lundi, l’essence 95 sera remplacée par l’essence 95 E10. Ce nouveau carburant est introduit pour sa contenance plus importante en bioéthanol, un biocarburant majoritairement obtenu à partir de l’amidon des céréales ou du sucre des betteraves. D’emblée, il est important de souligner qu’il ne s’agit pas là d’une révolution, mais bien d’une légère évolution. En effet, depuis 2009, toutes les voitures à essence vendues en Belgique en contiennent déjà jusqu’à 5%. Avec l’essence 95 E10, la quantité contenue passera à 10%. Dans les faits, les moteurs de 9 véhicules à essence sur 10 sont compatibles en l’état, signale le SPF Economie. Pourquoi ce changement? "L’essence 95 E10 est plus respectueuse de l’environnement que la 95. Ce nouveau carburant permettra donc de réduire les émissions de gaz à effet de serre", affirme le SPF Economie.

"Nous constatons une grosse percée de pompes au gaz naturel dans notre pays."
Christophe dubon
porte-parole de la FEBIAC

En fin de compte, qu’en est-il de la répartition des différents types de carburant en Belgique? Le diesel domine-t-il toujours? Quid des alternatives? La Febiac, la Fédération belge de l’automobile et du cycle, se prépare à calculer les chiffres pour l’année 2016 sur l’ensemble du parc automobile belge. Elle devrait communiquer à ce sujet la semaine prochaine.

Par ailleurs, le Salon de l’auto qui se tiendra en janvier permettra lui aussi de prendre le pouls des évolutions en cours et de découvrir quelles pourraient être les tendances pour les années à venir.

En attendant, les chiffres au sujet des nouvelles immatriculations par type de carburant pour les onze premiers mois de l’année sont déjà disponibles. Ils permettent de constater que, par rapport à 2015, le diesel est en perte de vitesse (passant de 60 à 50% des nouvelles immatriculations), au profit de l’essence qui attire de plus en plus de Belges au moment d’acheter un nouveau véhicule. Plus de 4 Belges sur 10 choisissent à présent l’essence. En comparaison avec la même période l’année passée, environ 18.000 voitures diesel de moins ont été vendues, soit une baisse de presque 8% parmi les nouvelles immatriculations. Concernant l’essence, ce sont un peu plus de 45.000 véhicules supplémentaires qui ont été mis en circulation en un an, soit une hausse de 6,5% par rapport à 2015.

Plein gaz vers l’alternatif

©Mediafin

Ce qui frappe aussi dans les chiffres, c’est la nette percée du gaz naturel. Les véhicules au GNC (gaz naturel comprimé) dépassent d’ailleurs cette année le nombre de véhicules électriques écoulés. Une première. Comment expliquer cette performance? "Depuis 2 ou 3 ans, l’Association Royale des Gaziers de Belgique (ARGB) mène une grosse offensive en période du Salon de l’auto. Elle offre des primes allant jusqu’à 1.000 euros pour l’achat d’un véhicule au gaz naturel", témoigne Christophe Dubon, porte-parole de la Febiac.

En parallèle, "nous constatons une grosse percée des pompes à gaz naturel dans notre pays. Là où nous avions une vingtaine de pompes localisées en Flandre il y a quelques années, nous sommes désormais à une cinquantaine sur tout le territoire. Et, qui dit plus de points de ravitaillement, dit plus de facilité de vendre des véhicules", explique Christophe Dubon.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés