Publi-T veut rester l'actionnaire majoritaire d'Elia et y met les moyens

Publi-T est l'actionnaire de référence d'Elia et dispose de 45% des parts du gestionnaire belge du réseau à haute tension. ©Elia

Publi-T, la société qui réunit les participations des communes belges dans l’énergie, a procédé à une augmentation de capital de 165 millions d'euros afin de rester l'actionnaire de référence d'Elia. Socofe voit sa participation dans Publi-T passer de 20,2 à 27,7%.

C'est un jeu de participations compliqué qui régit l'actionnariat du gestionnaire du réseau électrique à haute tension belge Elia . L'actionnaire majoritaire est public et s'appelle Publi-T. Ce holding, qui a pour vocation de réunir les participations des communes belges dans l'énergie, de manière analogue à Publigaz, l'actionnaire de référence de Fluxys, a annoncé avoir procédé, fin 2019, à une augmentation de capital de 165 millions d'euros.

Le but de l'opération pour Publi-T? Maintenir sa participation en Elia à niveau, alors que le gestionnaire du réseau à haute tension du royaume a procédé, lui-même, à une augmentation de capital de 435 millions d'euros l'an dernier, afin de financer Nemo Link, la nouvelle connexion électrique avec le Royaume-Uni, ainsi que d’autres investissements.

Pas d'injection d'argent frais pour les communes

Au total, les communes flamandes représentent 60% de Publi-T, les communes wallonnes 30% et celles de la région bruxelloise complètent les 10% restants.

En Publi-T, les intérêts des communes sont représentés par des intercommunales, les regroupant, le plus souvent, par provinces. À part peut-être quelques exceptions, il ne semble pas que les communes elles-mêmes devront mettre de l'argent sur la table pour financer les différentes opérations en capital. La plupart des intercommunales disposent encore de réserves et de bénéfices transférés qu'elles peuvent convertir en capital ou contracter des emprunts.

Au total, les communes flamandes représentent 60% de Publi-T, les communes wallonnes 30% et celles de la région bruxelloise complètent les 10% restants. L'opération en question ne modifiera pas non plus les rapports de force au sein de Publi-T mais un changement reste néanmoins à noter.

Socofe monte en puissance

27,7
pour cent
Socofe deviendrait propriétaire de la quasi-totalité des participations de la Région wallonne dans Publi-T, soit 27,7% (et 28,2% pour Publigaz).

Au sein de la partie wallonne de l'actionnariat de Publi-T, Socofe, la société destinée à fédérer les intérêts des actionnaires communaux wallons dans l’énergie, représentait, avant l'augmentation de capital dont il est question, 20,2% du capital. En marge de l'opération, il a été décidé, le 19 décembre dernier, que cette dernière recueille les participations détenues par des intercommunales wallonnes dans Publi-T, en l’échange de parts de Socofe équivalentes. De la sorte, Socofe deviendrait propriétaire de la quasi-totalité des participations de la Région wallonne dans Publi-T, soit 27,7% (et 28,2% pour Publigaz). 

En l'espèce, les intercommunales pures de financement hennuyères (IPFH), l’IPF pour la province du Luxembourg (Sofilux), l’IPF de Namur (Idefin) et l’intercommunale d’étude et de gestion de Mouscron et Comines-Warneton (IEG) ont décidé d’apporter leurs participations dans Publigaz et Publi-T à Socofe, en l’échange de parts dans la société. Seules l’IPFBW, l’IPF du Brabant wallon, et Finimo, l’IPF de Verviers, ne souhaitent pas prendre part à l’opération, afin de conserver les dividendes perçus.

Un "outil wallon spécialisé"

En novembre dernier, Claude Grégoire, l'administrateur délégué de Socofe, décodait l'opération dans nos colonnes, déclarant: "Cela a du sens de regrouper les participations au niveau de la Région wallonne. Socofe deviendra l’outil wallon spécialisé qui réunira les parts en Publigaz et Publi-T et, donc, en Fluxys et Elia, pour mieux défendre les intérêts wallons face aux partenaires flamands et bruxellois déjà regroupés au sein de structures uniques".

En ce qui concerne les participations flamandes et bruxelloises, l'équilibre est maintenu.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés