Renouvelables et simplification, Engie dévoile sa nouvelle stratégie

Au total, Engie estime que son plan de cessions lui rapportera 9 à 10 milliards d'euros entre 2021 et 2023. ©REUTERS

Au premier trimestre 2021, Engie a affiché un ebitda en hausse de 7,3%. Le groupe confirme son repositionnement stratégique et embrasse le renouvelable.

L'heure est à la nouveauté chez Engie. En marge de résultats trimestriels en hausse, la nouvelle directrice générale de l'énergéticien, Catherine MacGregor, a annoncé sa nouvelle feuille de route stratégique, censée faire renouer le groupe avec la croissance.

Les résultats trimestriels de l'énergéticien vont d'ailleurs en ce sens, le chiffre d'affaires s'élevant à 16,9 milliards d'euros sur la période, contre 16,5 milliards au premier trimestre 2020, et l'ebitda grimpant de 7,3 %, à 3,2 milliards. La CEO annonce viser entre 2,3 et 2,5 milliards de bénéfice pour l'année en cours, et entre 2,7 et 2,9 milliards d'ici à 2023. Un retour à la croissance, donc, pour un groupe en pleine transformation et une CEO déterminée à la mener à bien.

+3GW
Le groupe a confirmé son intention de viser 3 GW de capacité renouvelable additionnelle installée d'ici à la fin de l'année, et 6 GW de plus par an entre 2026 et 2030.

Simplification

"Aujourd'hui, nous construisons un nouvel Engie autour de quatre métiers", a déclaré Catherine MacGregor. En l'espèce, les renouvelables, les solutions d'efficacité énergétique, le thermique et les infrastructures ont été désignés comme les 4 business unit du groupe, contre près de 25 auparavant. Comme annoncé précédemment, Engie compte séparer ses activités de services (autres que celles liées à l'efficacité énergétique) de son core business et de les loger dans une nouvelle entité baptisée "Bright". Cette dernière, censée devenir un champion dans son domaine et emmenée par Jérôme Stubler, un ancien haut dirigeant de Vinci Construction, sera vouée à être cédée entièrement ou partiellement, probablement à un concurrent ou à un fonds d'investissement.

"Aujourd'hui, nous construisons un nouvel Engie autour de quatre métiers."
Catherine MacGregor
CEO d'Engie

La mise en bourse d'une partie du capital sera sans doute étudiée, mais Engie conservera probablement une partie des parts après l'opération. Au total, Engie estime que son plan de cessions lui rapportera 9 à 10 milliards d'euros entre 2021 et 2023. L'entreprise compte réaliser 15 à 16 milliards d'investissements de croissance dans le même intervalle, dont près de 40% dans les renouvelables.

Le recentrage stratégique d'Engie se veut aussi géographique puisque le groupe a confirmé son intention de se retirer de 40 localisations pour se focaliser sur 30 pays clés, dont la Belgique bien sûr. À ce sujet, Catherine MacGregor a rappelé l'importance du Royaume pour son entreprise, tout en soulignant la faible probabilité de procéder à une prolongation des réacteurs. "Notre scénario de travail prévoit que les centrales ne seront pas prolongées au-delà de 2025", a-t-elle rappelé tout en assurant entretenir le dialogue avec le gouvernement noir-jaune-rouge.

Explosion des renouvelables

La grande annonce de Catherine MacGregor porte surtout sur le développement important des renouvelables dans le portefeuille d'activités du groupe. Aussi, Engie vise 3 GW de capacité renouvelable additionnelle installée d'ici à la fin de l'année, puis 4 GW par an entre 2022 et 2025 et enfin 6 GW de plus chaque année entre 2026 et 2030. "Globalement, cela conduira à une capacité installée totale de 50 GW d'ici à 2025 et de 80 GW d'ici à 2030", a indiqué la dirigeante.

"Engie est un acteur mondial de l'énergie centré sur les renouvelables et les infrastructures, soutenant la décarbonation des clients."
Catherine MacGregor
CEO d'Engie

"Engie est un acteur mondial de l'énergie centré sur les renouvelables et les infrastructures, soutenant la décarbonation des clients", a avancé Catherine MacGregor en guise de nouveau mantra pour l'entreprise. Notons que le groupe vise la neutralité carbone pour 2045 et qu'il compte aussi sur le déploiement de l'hydrogène vert pour compléter son portefeuille, à hauteur de 4 GW par an d'ici à 2030. Enfin, le groupe a confirmé son planning de sortie définitive du charbon: 2025 pour l'Europe et 2027 pour le monde entier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés