Resa crée une filiale pour les compteurs intelligents

©Anthony Dehez

Le gestionnaire des réseaux de gaz et d’électricité liégeois Resa a créé une filiale dédiée à l’IT et à la gestion de données. C’est elle qui va acheter les compteurs intelligents.

Le nom de la nouvelle filiale du gestionnaire de réseau Resa, qui est en train de se découpler du groupe Nethys et va se transformer en intercommunale le 29 mai prochain? Resa Innovation Technologie. Créée le 4 avril sous forme de S.A., elle a pour objet d’assurer toutes les activités qui concernent les nouveaux métiers de gestionnaire de réseau de distribution (GRD).

"La plupart des gestionnaires de réseaux actifs en Belgique ont leur filiale d’exploitation, explique Luc Warichet, directeur général adjoint de Resa. Nous avons décidé de créer la nôtre, mais avec un périmètre d’activité bien déterminé et limité, à savoir l’IT et la gestion des données et tout ce qui est nouveaux métiers."

Parmi les missions de cette nouvelle société: l’achat des compteurs intelligents pour Resa. Un dossier qui avance bien, affirme Luc Warichet.

Pour rappel, faute de fusionner, les deux plus grands GRD de Wallonie, Ores et Resa, ont décidé de développer un certain nombre de synergies. Un des dossiers les plus importants sur lequel les deux GRD travaillent est certainement celui des compteurs intelligents. Et vu le type de déploiement choisi par le gouvernement wallon, Ores a finalement renoncé au compteur Linky pour se rallier au choix technologique effectué par Resa – qui est aussi celui du gestionnaire de réseau flamand Fluvius.

Ces compteurs doivent être disponibles à partir du 1er janvier 2020, date de l’entrée en vigueur du tarif prosumer en Wallonie. Une convention devrait être signée bientôt entre Resa et Ores sur ce sujet. Les deux partenaires refusent, à ce stade, de communiquer sur le calendrier ou les volumes prévus.

L’avantage d’une telle structure? Sa souplesse.
Luc Warichet
Directeur général adjoint de Resa

Le capital de Resa Innovation Technologie est détenu à 100% par Resa, à l’exception d’une action, qui est dans les mains d’Enodia (le nouveau nom de l’intercommunale Publifin). L’avantage d’une telle structure? "Notamment sa souplesse pour la passation de marchés publics, explique Luc Warichet. Cela n’évite absolument pas les règles, mais cela rend plus faciles les démarches administratives, notamment en termes d’approbation de la tutelle. C’est aussi un outil adapté à la complexité des nouveaux métiers, qui nécessiteront de la consultance pointue pour des périodes limitées dans le temps. Cette filiale, dont la création est prévue par le décret électricité, respectera évidemment l’ensemble des règles de gouvernance prévues par le décret électricité et le code de la démocratie locale."

La liste des administrateurs – une version miroir mais allégée du conseil d’administration de Resa – et celle du personnel dirigeant seront transmises très prochainement à la Cwape et au ministre, comme le prévoit le décret, ajoute Resa.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect