Schneider Electric veut allier la cybersécurité à l'efficacité énergétique

David Orgaz D'Hollander, CEO Schneider Electric Belgium ©Schneider Electric

Le géant français a trouvé un nouveau CEO pour son antenne belge. À peine installé, David Orgaz D’Hollander veut hisser la cybersécurité au rang de ses priorités, au même titre que l’efficacité énergétique.

À Uccle, en plein quartier résidentiel, il est difficile de soupçonner qu’une usine de fabrication de matériel électrique a trouvé refuge. Pourtant, c’est là que le siège belge de Schneider Electric réside, tout comme le bureau du nouveau CEO de l’antenne belge du groupe, David Orgaz D’Hollander.

À 47 ans, le Hallois revient ainsi au pays après avoir roulé sa bosse en Asie. Diplômé en tant qu’ingénieur auprès de l’université de Gand et en management à l’Insead, David Orgaz a occupé différents postes à responsabilités auprès de Siemens, le principal concurrent de son employeur actuel, avant d’intégrer Schneider en 2007. Cela fait désormais quatre mois qu’il a endossé le costume de CEO de l’implantation belge du géant industriel français.

Placer Schneider sur la carte

La spécialité de Schneider Electric? Les solutions d’automatisation et d’efficacité énergétique, favorisant la gestion et la durabilité des bâtiments industriels et particuliers. Fabricant, consultant et installateur, Schneider est leader mondial de son secteur. Pourtant, le nom du géant résonne peu aux oreilles du grand public, ce à quoi David Orgaz veut remédier.

Les chiffres clés

26 milliards €  Chiffre d’affaires mondial

 

137.000 Employés, dont 550 en Belgique

100 Pays

80% des bâtiments bruxellois sont équipés de solutions Schneider

1% du chiffre d’affaires mondial en Belgique

Il est vrai que si elle ne représente qu’1% du chiffre d’affaires global du groupe, soit environ 250 millions d’euros, l’antenne belge de Schneider Electric est devenue inévitable sur le marché belge. "À Bruxelles, 80% des bâtiments sont équipés de solutions Schneider", lance-t-il sans appel. "En Belgique, nous sommes leader sur le marché de la haute et moyenne tension ainsi que sur la sécurisation de la fourniture en énergie. Nous sommes présents dans les data centers, les banques, les hôpitaux et les aéroports par exemple. Partout où les exigences en terme de sécurité sont critiques", poursuit-il.

Acteur de la transition énergétique

"Notre objectif est de mener la transformation numérique", précise David Orgaz. "C’est notre mission d’aider la société à maîtriser de nouvelles solutions pour pouvoir affronter les grands défis du monde, dont la crise climatique. En plus, cela a du sens économiquement", ajoute-t-il.

Schneider, selon le CEO, est pourvoyeur de solutions à la crise climatique. "55% de la population mondiale habite dans des villes et cela va s’accélérer. Cela correspond à 2% de la surface de la terre qui sont responsables de 75% des émissions de CO2. Je pense qu’une partie de la solution se trouve dans l’efficacité énergétique des bâtiments et nous proposons des solutions en ce sens", développe-t-il.

La cybersécurité, l’autre priorité

Après l’efficacité énergétique, les clients de Schneider exigent aussi de leurs machines qu’elles s’intègrent le mieux possible à un tout. "Les données sont les ressources ayant le plus de valeur aujourd’hui et notre activité nous impose de tout interconnecter", expose David Orgaz.

Avec cette interconnexion inévitable s’élèvent des questions de cybersécurité. Comme ce fut le cas pour le fabricant yprois de métiers à tisser Picanol, les attaques informatiques ont aujourd’hui le pouvoir de clouer au sol l’ensemble des capacités de production d’une entreprise. "Aujourd’hui, avec les objets connectés, l’exposition à internet, et donc aux risques, grandit pour toutes les entreprises. Nous avons constaté qu’il y avait urgence en la matière et c’est pourquoi nous comptons intégrer la cybersécurité à nos offres", annonce-t-il. "Tout commence par la prise de conscience des risques. Ensuite, des audits permettent d’évaluer la manière dont les outils de production doivent être protégés. Nous voulons aider nos clients à créer une culture de la cybersécurité", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés