Sumitomo investit dans l'éolien offshore belge

©BELGA

Le conglomérat japonais Sumitomo prend des participations dans Belwind et Northwind, les parcs éoliens offshore contrôlés par le groupe Colruyt.

Le conglomérat japonais Sumitomo acquiert une participation importante dans Belwind et Northwind, les parcs éoliens offshore belges contrôlés par le groupe de distribution Colruyt, avons-nous appris auprès de différentes sources dans le secteur. La transaction s’élèverait à environ 100 millions d’euros.  Sumitomo acquerra un intérêt de 39% dans Belwind et de 33,3% dans Northwind.

Concrètement, c’est Parkwind, le holding de Colruyt chapeautant les deux parcs éoliens offshore, qui vend des participations à Sumitomo. Le Japonais devient ainsi un partenaire aussi bien dans Belwind que dans Northwind. Le but sera aussi que Sumitomo investisse à l’avenir au côté de Parkwind dans la deuxième phase de développement de Belwind. Il n’est pas non plus exclu que tout ce petit monde construise ensemble des projets hors de Belgique.

Via Parkwind, Colruyt est le premier investisseur belge dans le secteur de l’éolien offshore. Le groupe de distribution a investi quelque 120 millions d’euros dans les parcs offshore et contrôle 60% du holding Parkwind. La famille Colruyt et la société d’investissement flamande PMV possèdent une participation minoritaire.

L’opération ne signifie en aucun cas que Colruyt veuille se retirer du secteur. Grâce à cette cession partielle, Parkwind reçoit des millions d’euros de cash pour continuer à investir. La construction de parcs offshore est une activité très intensive en capital. Le but est aussi que d’autres partenaires de Parkwind (Rabo et Meewind chez Belwind, Aspiravi chez Northwind) restent à bord.

Belwind est opérationnel depuis 2010 et compte 55 éoliennes pour une capacité installée de 165 MW (mégawatts). Belwind est situé sur le Bligh Bank, à environ 46 km de la côte belge. L'objectif est de construire 55 éoliennes supplémentaires dans le parc éolien en 2015, ce qui augmenterait la capacité jusqu'à 330 MW.

Entre-temps, la construction de Northwind a commencé sur le Lodewijkbank, à 37 km de la côte belge. Les travaux devraient être finalisés mi-2014. Le parc éolien comptera 72 éoliennes pour une capacité totale de 216 MW.

Sumitomo, qui est actif en Belgique dans la chimie, l’immobilier et les transformateurs (Hansen Industrial Transmissions), a déjà une division énergie étendue. Celle-ci possède des parcs éoliens onshore aux Etats-Unis et en Afrique du Sud. Ce n’est pas le seul groupe japonais à s’intéresser aux projets éoliens en Europe: ces derniers mois, Mitsubushi et Mizuho se sont montrés très actifs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés