Toshiba en chute à Tokyo

©REUTERS

L'action Toshiba chute de 16%, suite à des dépréciations évaluées à 6 milliards d'euros environ, selon des rumeurs.

L'action du conglomérat industriel japonais Toshiba a chuté de 16% à la Bourse de Tokyo, les dépréciations sur ses activités nucléaires américaines étant susceptibles de dépasser 700 milliards de yens (près de 6 milliards d'euros), selon les médias.

Le titre a fini à 242,3 yens (-46,1 yens) après ces informations de la chaîne publique NHK et de l'agence de presse Kyodo qui ont donné ce montant, tandis que le quotidien Nikkei indiquait en une "plus de 500 milliards de yens" (plus de 4 milliards d'euros).

Toshiba, dont l'action est même tombée à 212 yens en séance (-26,5%), n'évitera pas la plongée dans le rouge pour l'exercice s'achevant le 31 mars 2017, a écrit le journal économique sans citer ses sources. Le groupe a indiqué dans un communiqué ne pas confirmer les sommes avancées.

Toshiba table encore officiellement sur un confortable bénéfice net annuel de 145 milliards de yens (1,2 milliard d'euros), mais ce chiffre peut d'ores et déjà être considéré comme caduc, d'où la fuite des actionnaires.

La dégringolade cumulée de l'action depuis les premières informations en décembre sur ces dépréciations atteint ainsi 45%.

Quel est le problème?

Toshiba avait annoncé il y a quelques semaines qu'il devrait enregistrer une charge exceptionnelle de "plusieurs milliards de dollars" (plusieurs milliards d'euros) concernant sa filiale de conception de centrales nucléaires Westinghouse à la suite du rachat d'une autre société dont les projets s'avèrent bien plus coûteux que prévu.

Toshiba n'a pas encore officiellement déterminé le montant en question mais devrait le faire sous peu, après l'avis de commissaires aux comptes.

Le groupe a seulement dit jeudi matin qu'il n'avait rien annoncé ce jour et n'avait rien à ajouter dans l'immédiat.

La somme de quelque 500 milliards de yens avait déjà été évoquée au départ par des médias, mais sans élément probant.

Toshiba subit les mauvais calculs de Westinghouse qui a repris la société CB&I Stone & Webster, société qui agit dans le domaine de la construction des sites nucléaires, mais s'est rendu compte tardivement que les frais auxquels cette dernière devait faire face étaient bien supérieurs aux attentes.

La probabilité est donc forte pour Westinghouse et Toshiba de devoir prendre en compte une charge exceptionnelle phénoménale.

Il existe "des inquiétudes concernant la durabilité de la trésorerie à court terme de Toshiba, ainsi que l'érosion substantielle et rapide de ses fonds propres", avait souligné récemment Masako Kuwahara, analyste principal de l'agence de notation Moody's qui a dégradé la note de Toshiba, à l'instar de Standard & Poors.

La chaîne NHK a aussi affirmé que le géant industriel en crise allait se séparer d'actifs pour renflouer ses caisses, à hauteur d'environ 300 milliards de yens.

Le groupe a confirmé mercredi "réfléchir au placement dans une entité nouvelle de l'activité mémoires", ce qui permettrait d'obtenir le soutien de tiers, mais a assuré qu'aucune décision concrète n'avait été prise à ce stade.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés