Publicité

Zuhal Demir refuse le permis pour la centrale au gaz de Dilsen-Stokkem

Zuhal Demir (N-VA). ©Gert Jochems

La ministre flamande de l'Environnement et de l’Energie Zuhal Demir (N-VA) a refusé ce vendredi le permis environnemental pour la centrale au gaz de Dilsen-Stokkem.

Voilà une décision qui complique les plans fédéraux de sortie du nucléaire. Après un refus de la province du Limbourg, c’est désormais la ministre flamande de l'Energie et de l’Environnement Zuhal Demir (N-VA) qui s’oppose au projet.

La demande de permis introduite par Dils-Energie, associé à l'entreprise énergétique allemande RWE, agite les esprits au nord du pays, depuis un certain temps déjà. Plus de 1.200 contestations ont été reçues lors de l'enquête publique, principalement parce que l'usine à gaz serait située à proximité d'une réserve naturelle.

"La centrale de Dislen-Stokkem va rejeter chaque année dans l'atmosphère quelque 100 tonnes d'ammoniaque et 340 tonnes d’oxydes d'azote à 189 mètres à peine d'un site naturel protégé."
Cabinet Demir

Après un premier refus de la délégation (provinciale) limbourgeoise - CD&V, Open Vld et N-VA - RWE a fait appel. Malgré des ajustements apportés au dossier, Zuhal Demir refuse à son tour le permis d'environnement.

Selon la ministre flamande, le projet Dils-Energie, lié au producteur allemand RWE, n'est pas conforme au prescrit urbanistique et est "plus grand que ce qui est autorisé". "La centrale de Dislen-Stokkem va rejeter chaque année dans l'atmosphère quelque 100 tonnes d'ammoniaque et 340 tonnes d’oxydes d'azote à 189 mètres à peine d'un site naturel protégé", fait valoir le cabinet de la ministre.

Les centrales électriques au gaz sont un maillon crucial du plan fédéral de sortie du nucléaire. Cinq des sept centrales nucléaires fermeront d'ici 2025. À la fin de cette année, le gouvernement décidera si les deux dernières centrales nucléaires - Doel 4 et Tihange 3 - fermeront également, ou non.

La décision concernant la centrale au gaz de Dilsen-Stokkem laissera place à des discussions sur trois autres projets de centrales, à savoir Tessenderloo, Wondelgem et Vilvorde.  La ministre flamande assure que le refus d'octroi pour Dilsen ne préjuge toutefois en rien de l'issue des autres projets. "Chaque dossier sera évalué sur son propre contenu."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés