Bert De Graeve quitte Bekaert

Bert De Graeve sera remplacé par Jürgen Tinggren. ©BELGA

Bekaert annonce des changements importants dans sa direction. Et côté résultats annuels, le tréfileur courtraisien présente un chiffre d'affaires historique mais un Ebit sous-jacent en baisse... En Bourse, l'action a ouvert en nette baisse avant de se reprendre quelque peu.

Bekaert a profité de l’annonce de ses résultats pour fait part de changements importants prévus au sein de sa direction. Bert De Graeve, l'ex-CEO devenu président du conseil d'administration, quitte l'entreprise. Il est remplacé par Jürgen Tinggren.

"Une nouvelle structure organisationnelle entre en vigueur à ce jour et consiste de quatre Business Units (unités d’activités) et quarte Global Functional Domains (domaines fonctionnels globaux)", explique le groupe dans un communiqué. Quelques têtes changent également à plusieurs postes importants. Jürgen Tinggren devient donc le nouveau président du conseil d’administration. Curd Vandekerckhove a lui été nommé Chief Operations Officer. Annoncé sur le départ, Frank Vromant reste CFO par intérim en attendant de lui trouver un remplaçant.

Quid des chiffres?

Le fabricant de fil d’acier annonce avoir pour la première fois de son histoire passé la barre symbolique des 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires global, en hausse de 5,5% par rapport à l’année précédente. Toutefois, l’entreprise courtraisienne voit son EBIT sous-jacent reculer de 14% sur l’année, par rapport à 2017, pour atteindre 210 millions  d’euros. Le tréfileur justifie ses résultats dans un communiqué notamment par "la volatilité persistante des prix du fil machine, les tensions et changements de politique commerciales, la pression croissante sur les prix, les frais de démarrage plus élevés que prévu liés à divers programmes d'expansion majeurs et les activités fil à scier déficitaires (-9 millions d'euros) par rapport à une activité rentable l’année dernière (+21 millions d'euros) ".

Afin d’éviter les mauvaises nouvelles trop importantes, Bekaert explique également: "parallèlement aux mesures que nous avons prises pour fermer certaines entités déficitaires et restaurer la rentabilité d’autres activités moins performantes, nous avons comptabilisé une série de provisions et de dépréciations dans les états financiers de 2018. Certains de ces ajustements ont affecté l'EBIT sous-jacent (-15 millions), tandis que d'autres ont été comptabilisés en tant qu'éléments non récurrents dans l'EBIT rapporté (-63 millions)." 

En juin dernier, le groupe a notamment fermé son usine Figline e Incisa Valdarno, en Italie en raison de coûts élevés pesant sur la performance. Plus de 300 emplois étaient alors concernés.

Pour ce qui est des perspectives, l’entreprise explique s’attendre à un chiffre d’affaires stable en 2019 et se dit "particulièrement prudents face à l'incertitude pouvant être causée par le Brexit sur nos marchés et par l’évolution des tensions commerciales à l'échelle mondiale".

Quid du dividende? Le Conseil d’administration proposera un dividende brut de 0,70 euro par action. "Conformément à la politique en matière de dividendes de l’entreprise, la réduction temporaire du dividende proposée reflète la baisse des bénéfices et l’endettement élevé de l’entreprise", précise Bekaert dans son communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés