Des résultats en repli attendus pour 1 société cotée sur 3 à Bruxelles

©Photo News

C’est à la fin de ce mois que démarrera vraiment la saison des annonces de résultats 2017 à Bruxelles. Ce jeudi, Van de Velde a publié son chiffre d’affaires.

Vendredi, Wall Street entre de plain-pied dans la saison des annonces de résultats des sociétés. Chez nous, à la Bourse de Bruxelles, il faudra encore patienter quelque temps avant d’être informé sur la santé des affaires des entreprises belges. Les toutes premières infos ont été communiquées ce jeudi, avec les chiffres de Van de Velde. Mais elles n’éclairent guère sur le niveau de profitabilité des affaires de ce spécialiste de la lingerie féminine.

Comme il en a l’habitude, Van de Velde s’est contenté de dévoiler le chiffre d’affaires qu’il a réalisé en 2017. On apprend ainsi que, calculé selon les normes IFRS, le chiffre d’affaires non audité a augmenté d’un modeste 1% l’an passé pour atteindre 208,7 millions d’euros. À taux de changes constants, il progresse de 1,8%. Pour le reste, il faudra patienter jusqu’au 27 février. Van de Velde, qui est affecté notamment par la baisse de la devise britannique, prévoit d’annoncer ce jour-là le détail de son bilan 2017.

Le bénéfice attendu couvrirait tout juste le paiement des dividendes aux actionnaires chez AB InBev.

L’on devrait en même temps apprendre le montant du dividende que ses dirigeants proposeront à leurs actionnaires. En novembre 2017, le groupe n’a pas versé d’acompte sur dividende (1,35 euro brut). Se contentera-t-il d’attribuer à ses actionnaires le montant final de 2,15 euros brut? Ce ne serait guère surprenant, dans la mesure où les analystes suivis par Bloomberg tablent sur un bénéfice par action de 2,6 euros pour Van de Velde. Un montant insuffisant pour payer un total (dividende intérimaire + le solde) de 3,50 euros brut. À suivre immanquablement.

Econocom sera la prochaine société à se prêter au "jeu" de la publication des résultats. Cet exercice se déroulera après la séance boursière du 24 janvier prochain. Le groupe actif dans la transformation digitale des entreprises fera part de son chiffre d’affaires également non audité, ainsi que son résultat opérationnel. Il les confirmera officiellement à la fin du mois de février.

Euronav sera en réalité la première société à communiquer des résultats plus complets. Ce sera pour le 25 janvier après-Bourse. Euronav sera suivi d’ING le 31 janvier, d’Orange et Melexis le 7 février, d’Umicore et Aperam deux jours plus tard.

Les tendances à prévoir

À quoi les actionnaires des entreprises belges cotées à la Bourse de Bruxelles peuvent-ils s’attendre? Pour l’ensemble de la Bourse, les chiffres devraient être supérieurs à ceux publiés il y a un an. Sans pour autant bien évidemment égaler la performance des sociétés liées à l’indice Stoxx 600 européen, pour lesquelles les analystes suivis par Bloomberg tablent sur une croissance bénéficiaire de 14% en 2017.

Trop de sociétés belges n’arriveront pas améliorer les résultats engrangés durant leur exercice 2016 et afficheront des bénéfices en baisse. Ce sera le cas en réalité pour près d’une sur trois. On trouve dans ce registre des noms comme IBA (-95,9% du bénéfice attendu par action en 2017), Roularta (-72%), Agfa-Gevaert (-35,7%), Balta (-27%), EVS (-29%), Orange Belgium (-24%), Vranken-Pommery (-19%), Engie (-8,7%) et Montea (-8%) et Ontex (-2,4%), pour ne citer que ces exemples. L’évolution souvent défavorable des cours des actions de ces sociétés ces derniers mois laisse penser que les attentes des analystes sont fondées. Malgré des attentes positives pour Bekaert, son action affiche malgré tout de piètres performances en Bourse. Sans doute que le marché considère que les analystes font preuve d’un excès d’optimisme pour l’évolution de ses affaires. Une poignée de résultats seront négatifs. On trouve dans ce segment, outre les sociétés biotechs, Nyrstar qui réduit néanmoins ses pertes, Euronav et Exmar entre autres.

Parmi les sociétés pour lesquelles les analystes misent sur une croissance des bénéfices, il y a Econocom qui devrait avoir enregistré ses meilleurs résultats de son histoire, Barco, UCB, Floridienne, Umicore, Solvay, KBC, Atenor, WDP, Jensen-Group, Lotus Bakeries et Melexis.

Ageas, AB InBev et Telenet qui avaient publié de faibles chiffres il y a un an, devraient les voir rebondir. AB InBev et Telenet avaient effectué en 2016 de grosses acquisitions. Cela dit, le bénéfice attendu pour AB InBev couvrirait tout juste le montant total du dividende versé aux actionnaires.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content