Financer un tracteur, recevoir du blé. Le crowdfunding agricole est né!

Moins de 2 ans après son lancement en France, MiiMOSA a démarré ses activités en Belgique. Les dirigeants ont l’ambition de collecter 600.000 euros et de financer 120 projets à fin 2017. Le démarrage est concluant.

Moins de deux ans après son lancement en France, MiiMOSA, le site de financement participatif (crowdfunding) exclusivement dédicacé aux agriculteurs et au secteur de l’agroalimentaire, met le cap sur la Belgique. Il est ouvert aux porteurs de projets et aux citoyens belges depuis une dizaine de jours. Son fondateur, Florian Breton, explique sa démarche par l’engouement des Belges pour ce nouveau mode de financement. "Le crowdfunding n’en est qu’à ses débuts, mais 8% des Belges ont déjà investi dans un projet de financement participatif, contre 3% en France. 90% des personnes qui l’ont testé souhaitent le refaire en Belgique et 70% des participants n’ont financé qu’un seul projet en France", explique-t-il.

0,6 million €
MiiMOSA veut collecter 600.000 euros d’ici fin 2017 et financer 120 projets. La maturité du marché belge de crowdfunding conforte les dirigeants.

Le démarrage en Belgique conforte l’intérêt des Belges pour le crowdfunding. Dix jours après son lancement, MiiMOSA.be affiche déjà 12 projets en cours de financement (5 autres devraient bientôt rejoindre le lot) et 20.000 euros déjà collectés auprès de 200 participants. "Quand nous avons lancé MiiMOSA en France, nous avions 4 projets et il nous a fallu deux mois pour récolter 20.000 euros", note Florian Breton.

120 projets à fin 2017

Les dirigeants de MiiMOSA se sont fixé des objectifs précis en Belgique après un an d’activité: collecter 600.000 euros auprès de 12.000 personnes au profit de 120 projets.

©Jonas Roosens

En France, moins de deux ans après son lancement, le site aura récolté environ 2,1 millions d’euros et financé quelque 500 porteurs de projets agricoles. La moyenne des montants récoltés est de 6.500 euros sur MiiMOSA contre 4.000 euros pour le crowdfunding classique. 60% des porteurs de projets ont moins de 40 ans.

Florian Breton a dédicacé son site exclusivement au monde agricole et au secteur de l’agroalimentaire pour des raisons familiales. Il est petit-fils d’agriculteurs et a travaillé un temps dans le secteur. Mais son initiative résulte aussi du fait que le monde agricole traverse une crise sans précédent et que les consommateurs privilégient de plus en plus les produits livrés dans le cadre des circuits courts et de qualité. "Il y a une fragilisation du monde agricole que ce soit en Belgique, en France, en Italie ou en Espagne. Or, seul 0,2% voire 0,5% (si on tient compte de l’alimentaire) des projets soutenus aujourd’hui par le crowdfunding est en lien avec l’agriculture", précise-t-il.

Contrepartie en nature

©Jonas Roosens

MiiMOSA se propose de soutenir tous les projets agricoles de qualité, mais pour autant qu’ils visent les petites et moyennes exploitations ou des produits distribués dans le cadre du circuit court. Sa particularité est qu’il ne propose pas une rémunération en capital aux contributeurs, ni un remboursement en monnaie sonnante et trébuchante de prêts. Le contributeur a plutôt droit à une contrepartie en nature (produits de la ferme, visite, etc.). MiiMOSA perçoit une commission qui varie de 6,67% à 10% HTVA en fonction du niveau de réalisation du projet. "Nous avons une exploitation laitière à Dalhem (Liège) et vu la crise, nous avons opté pour une diversification (glace, beurre). Notre objectif est de récolter 10.000 euros. Grâce à MiiMOSA, nous avons récolté 5.600 euros en 5 jours", témoigne Armel Jeghers (Ferme du vieux Bure Malices) aux côtés de sa femme.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés