Le Tax shelter fait (déjà) le bonheur du crowdfunding

©Tom Verbruggen

La mesure introduite en février 2017 porte déjà ses fruits, comme le démontrent les expériences des plateformes MyMicroInvest et Bolero Crowd.

Après un peu plus d’un semestre, quels résultats donne, sur le terrain, l’entrée en vigueur du Tax shelter pour crowdfunding? Cet incitant fiscal créé par le gouvernement fédéral permet aux investisseurs optant pour une plateforme de financement participatif agréée de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 30 ou 45% des montants investis en actions. L’objectif est de soutenir la création d’entreprise et de capter une part de l’épargne dormante des particuliers pour l’affecter au financement de l’économie réelle.

Plus de capital levé

Chez MyMicroInvest, une des principales plateformes belges de crowd en actions, l’impact est déjà perceptible et très positif. Ces sept derniers mois, la société a lancé quatre campagnes éligibles au Tax shelter. Celles-ci ont permis de lever en moyenne deux fois plus de capital que les campagnes ordinaires et ont attiré deux fois plus d’investisseurs par campagne, souligne-t-elle. Le montant investi par chaque participant est, en outre, 10% plus élevé que sur une levée de fonds classique. "La demande de la part des investisseurs pour des opportunités d’investissement Tax shelter était évidente, commente dans un communiqué Olivier de Duve, le CEO de la plateforme, mais nous n’aurions jamais pu imaginer un tel succès. Nous avons été agréablement surpris de la rapidité de financement de ces campagnes."

"Les entrepreneurs crowdés peuvent se financer plus rapidement qu’avant."
Xavier de Troostembergh
business dev manager, Bolero Crowd

Un bémol à son enthousiasme: seuls 44% des porteurs de projet qui ont signé avec MyMicroInvest sur la période avaient des projets éligibles. Autrement dit, plus de la moitié des entrepreneurs en quête de fonds ne répondent pas à tous les critères imposés par le législateur. La mesure est plus généreuse pour les micro-entreprises (moins de 10 employés et moins de 700.000 euros de chiffre d’affaires), mais vaut aussi pour les PME de moins de 50 emplois et de moins de 7,3 millions d’euros de ventes. Elle est toutefois réservée aux entreprises de moins de quatre ans. Chez MyMicroInvest, on n’a pas (encore) trouvé de raison particulière à cette situation. Pas plus qu’on ne sait pourquoi les campagnes éligibles concernaient toutes des dossiers donnant droit aux 45% de réduction d’impôt – aucune à la formule des 30%. "Mais nous soutenons aussi les entrepreneurs dont les projets ne sont pas éligibles", insiste la porte-parole Marie Cruysmans.

Ticket fois deux

Chez Bolero Crowd, la plateforme du groupe KBC , l’impact du Tax shelter se reflète surtout sur le ticket moyen investi par les particuliers: il a plus que doublé depuis février dernier, souligne Xavier de Troostembergh, Business Development Manager. Il l’explique à la fois par le Tax shelter et par le relèvement du plafond d’investissement par projet par particulier, passé de 1.000 à 5.000 euros. "Les deux mesures sont entrées en application en même temps", rappelle-t-il. "Tout bénéfice pour les entrepreneurs crowdés, car cela permet de raccourcir la durée des campagnes: ils peuvent donc se financer plus rapidement."

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content