Les époux Bezos, pour le meilleur jusqu'au bout

©AFP

Le divorce de l’année n’en finit pas de surprendre. On l’annonçait houleux, il va se régler aussi rapidement qu’aimablement entre Jeff Bezos, patron d’Amazon, et sa femme MacKenzie. Cerise sur le gâteau: chacun y trouve son compte.

On aura rarement vu un divorce, impliquant autant d’argent et donc de motifs possibles de discorde, se clôturer aussi vite et aussi bien. Mais les futurs ex-époux Bezos ne font pas les choses comme tout le monde. À peine annoncé, le divorce surprise du fondateur et patron d’Amazon et de sa femme MacKenzie va se régler à l’amiable, en toute cordialité, et a priori dans les trois mois. Emballé, c’est pesé.

Cette dernière a annoncé sur Twitter que son mari allait garder 75% des titres qui sont pour l’heure détenus par le couple ainsi que tous les droits de vote sur l’ensemble de leurs actions. De son côté, elle conservera 25% des actions qu’ils possédaient ensemble, soit 4% du capital d’Amazon. Ce qui représente tout de même 36 milliards de dollars au cours de Bourse actuel.

Après avoir retweeté le message de sa femme jeudi, Jeff Bezos l’a remerciée dans un tweet distinct pour "son soutien et sa gentillesse durant ce processus".

Troisième femme la plus riche au monde

Autant d’amabilité dans un divorce qui s’annonçait potentiellement conflictuel – le milliardaire se trouvait au cœur d’un scandale retentissant à base de complot, de chantage, de maîtresse et de photos coquines –, cela peut surprendre. C’est oublier que l’un comme l’autre y trouvent leur compte.

Car si MacKenzie Bezos prévoit aussi de laisser à son mari la totalité des parts détenues par le couple dans le quotidien The Washington Post et dans la société spatiale Blue Origin, cela ne l’empêchera pas de devenir, selon le magazine Forbes, la troisième femme la plus riche au monde derrière la Française Françoise Bettencourt-Meyers, héritière de L’Oréal, et l’Américaine Alice Walton, descendante des fondateurs des supermarchés Walmart.

Quant à Jeff Bezos, il devrait rester l’homme le plus riche au monde avec une fortune estimée à 110 milliards de dollars. Bref, tout le monde est content même à Wall Street où les actionnaires d’Amazon réagissaient peu à l’annonce de jeudi.

Une fortune estimée à 150 milliards de dollars

Reste que théoriquement, MacKenzie Bezos aurait pu prétendre à la moitié de leur patrimoine. Elle a rencontré son futur mari en 1992, avant qu’il ne fonde dans le garage de leur maison ce qui est devenu un empire mondial du commerce en ligne. Elle en avait d’ailleurs été l’une des premières salariées.

L’annonce inattendue de la séparation du couple en janvier, après 25 ans de mariage, avait fait naître de nombreuses questions sur les modalités de scission de sa fortune – estimée à environ 150 milliards de dollars par le magazine Forbes – et sur le contrôle d’une société valant actuellement la bagatelle de 890 milliards de dollars en Bourse.

Bien que les Bezos possèdent de nombreuses résidences, à Seattle ainsi qu’à Washington, au Texas ou à Beverly Hills, les 16% de capital d’Amazon que le couple détenait ensemble constituait l’essentiel de leur richesse. Selon un document transmis aux autorités boursières, les papiers du divorce ont été déposés au tribunal jeudi et la procédure devrait être finalisée dans environ trois mois.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés