epinglé

Non, on n'imprime pas ce qu'on veut sur un timbre

©Photo News

Le Mouvement flamand voulait faire figurer sur un timbre "MyStamp" le Lion flamand. Mais les timbres personnalisés ne peuvent pas avoir de connotation politique.

Depuis quelque dix ans, bpost propose aux particuliers et aux associations de réaliser, sur commande, des timbres-poste personnalisés selon leurs désirs. Ce service commercial s’appelle MyStamp. Il n’est toutefois pas permis de faire figurer n’importe quel message ou illustration sur ces timbres d’un genre original…

Sur dix ans, 500 demandes de timbres personnalisés ont été refusées, surtout pour des raisons de droit à l’image.

Mardi, en commission Infrastructures de la Chambre, le député N-VA Peter Dedecker a interpellé à ce sujet le ministre de tutelle Alexander De Croo (Open Vld). Le parlementaire s’est inquiété du fait que bpost ait refusé d’imprimer, en novembre dernier, un timbre commandé par le Mouvement flamand, le Vlaamse Volksbeweging. Bpost aurait motivé son refus en arguant que les timbres ne peuvent plus comporter d’éléments à portée religieuse, politique, philosophique ou ethnique, selon le député qui s’est demandé s’il s’agissait là de nouvelles règles…

Le gag, c’est que le Mouvement flamand voulait faire figurer sur ce timbre le Lion flamand, avec une référence à l’indépendance de la Flandre… Alexander De Croo a répondu à Peter Dedecker que les conditions générales appliquées à ce produit par bpost précisent bel et bien que les timbres ne peuvent comporter aucune référence religieuse, politique, etc.

©Photo News

Bizarre que cela fasse tout à coup problème, a réagi le député N-VA, laissant entendre que par le passé, tel n’était pas le cas. Renseignement pris chez bpost, l’homme n’a pas tout à fait tort. "Nos conditions générales n’ont pas été modifiées depuis le lancement de ce produit, nous a dit en substance la porte-parole Barbara Van Speybroeck, mais les contrôles que nous effectuons sont devenus plus stricts."

Autrement dit, par le passé, le Mouvement flamand a peut-être fait imprimer des timbres à connotation indépendantiste, mais il lui sera désormais plus difficile de franchir les fourches caudines des contrôleurs. Si bpost a resserré la vis, c’est surtout parce que certains particuliers commandant des timbres originaux ne respectaient pas le droit à l’image. Ils voulaient par exemple utiliser l’image de Mickey Mouse, sans autorisation.

Le Mouvement flamand a subi un effet collatéral, en quelque sorte, des infractions d’autres quidams aux droits de la propriété intellectuelle. On ne s’en plaindra pas…

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content