Sans nul doute

©rv

Je ne connais aucun entrepreneur sérieux qui ne soit pas quotidiennement traversé par des instants de doute. Et cela est encore plus vrai dans le monde des start-ups.

Par Ayoub Assabban,
Cofondateur et CEO de Benjago 

Dans notre conquête du monde, je pense que le doute est un compagnon de voyage qui peut être tantôt un fardeau qu’il faut absolument laisser sur le rivage, lorsqu’il fige par exemple les processus de décisions, tantôt une forme noble d’humilité quant à son produit ou service face aux réelles nécessités de son marché cible.

En tant que CEO de Benjago, plateforme internet permettant d’avoir accès à des moniteurs de conduite brevetés à moindre coût, j’ai été confronté à maintes reprises à ces deux formes de doute. Dès notre lancement, mon équipe et moi-même avons été confrontés à des tentatives d’intimidation par certains acteurs du monde des auto-écoles. Diffamations, procédures légales, voire même menaces de mort. Évidemment, nous nous attendions à des représailles mais l’ampleur de celles-ci était telle qu’il s’agissait de notre principale préoccupation nous poussant même jusqu’à nous faire douter du bien-fondé de notre projet. Il est courant d’entendre dire qu’un projet qui dérange est un projet porteur mais que faire lorsque l’intégrité physique de votre équipe et la vôtre sont en jeu?

Pour pallier ce problème, nous nous sommes lancés avec rigueur dans un exercice consistant à monter d’un cran notre service clientèle à chaque fois que nous faisions l’objet d’une attaque. Ils s’épuisaient donc dans des batailles juridiques en oubliant l’essentiel: leurs clients. En 6 mois, nous couvrions Bruxelles et toute la Wallonie devenant ainsi la structure avec la couverture géographique la plus large de Belgique. Se refuser à ne plus douter sur la cause et convertir nos craintes en actions concrètes ont été la clé.

Mieux, notre perpétuelle remise en question quant à notre service nous a rapidement permis de comprendre le réel besoin de nos clients. Initialement, nous proposions un service de mise en relation entre instructeurs brevetés et apprentis dans le cadre de la filière libre. L’apprentissage se faisait donc en dehors de toute structure auto-école, sans que jamais de permis provisoire ne puisse être délivré. "Success is obvious" a été la première phrase que m’ait dite Oussama Ammar, cofondateur de The Family, parmi les plus prestigieuses sociétés d’investissements basée à Paris… qui a d’abord refusé d’entrer au capital de Benjago. Selon Oussama Ammar, notre croissance était trop lourde et péniblement proportionnelle à notre effort.

Nous avons twisté. Et si nous permettions aux gens d’avoir un permis provisoire pour 699 euros? C’est exactement ce que nous avons proposé.

En moins d’une journée, notre campagne était prête et un nouveau site était opérationnel pour tester cette réorientation de nos services. En à peine 48 h, et sans autre effort, nous avons récolté plus d’inscriptions qu’en 8 mois.

Je pense que c’est dans son rapport au doute que l’entrepreneur d’une start-up se distingue de celui d’une grande entreprise ou d’une PME. Dans les eaux troubles de l’océan, nous pouvons être des pirates, n’ayant rien à perdre et tout à gagner, adoptant des positions radicales qui peuvent sembler a priori anodines aux yeux des capitaines de ces grands navires naviguant à vitesse de croissance. Ceci avant de les condamner… au naufrage.

Contenu sponsorisé

Partner content