Spott est la Belgium's New Brand of the Year

Michel De Wachter et Jonas De Cooman, les fondateurs de Spott. ©rv

Spott emporte l'édition 2017 de la jeune marque belge de l'année. Les autres finalistes étaient POM, Sarolea, Simone a soif et Foodbag.

Il y en avait des centaines au départ, pour aboutir à une short-list de cinq. Cinq jeunes marques belges qui concourraient pour devenir la meilleure jeune marque belge de l'année et succéder aux biscuits Generous, gagnant de l'édition 2016 de la Belgium’s New Brand of the Year, un concours organisé par la fondation marketing BAM en collaboration avec L'Echo. Comment emporter ce trophée? Etre une jeune marque belge et se distinguer de la concurrence par son positionnement et des initiatives marketing originales et percutantes. Un jury composé de professionnels du secteur, mais également le public via un vote en ligne, ont choisi leur gagnant 2017. Il s'agit de Spott, la télé-boutique du 21e siècle. Portrait.

 

Spott. Sculptez-vous un corps de rêve avec l'abdo express ou cuisinez en toute tranquillité grâce à ce magnifique robot cuiseur avec balance intégrée pour un prix défiant toute concurrence. La téléboutique, so années 80, commence à prendre des rides. Et même si elle trouve encore des consommateurs dans une certaine frange de la population, elle a définitivement perdu les millennials. Les grandes chaînes de télévision, comme les marques, sont donc à la recherche de nouveaux relais de croissance. Et pourraient bien l'avoir trouvé dans Spott, la téléboutique achat 2.0. Spott, c'est quoi? Une app, bien sûr. Mais aussi selon ses concepteurs, une source d'inspiration. Car, Jonas De Cooman, le cofondateur de Spott en est convaincu: les vêtements et l'apparence sont une expression de la personnalité des générations Y et Z. Un look qu'ils veulent partager avec leur réseau. Watch, Click, Discovery, c'est donc le tiercé-gagnant de Spott. L'idée?

1. Je regarde The Big Bang Theory.
2. Je vois que Sheldon porte un tee-shirt "trop stylé".
3. Je passe commande via Spott.

©rv

Et cerise sur le gâteau, je partage ma trouvaille avec mes potes. CQFD. Tout le monde est content: les chaînes, de télévision, les marques, le consommateur. Et ça marche. En un an, Spott a déjà été téléchargée plus de 170.000 fois et totalise 1.000 achats par mois. Et tant qu'on parle de chiffres, Jo Cooman annonce des marges de 6 à 12% en fonction des produits.

Le concept a d'ailleurs déjà fait des émules à New-York et Madrid. Et il parait que les Allemands en sont fous. Au point que pour poursuivre son développement à l'international, Spott envisage rachats, joint-venture, partenariats. 

Les autres finalistes

©rv doc

Simone a soif. Mais elle trouve l'eau fadasse, les sodas trop sucrés, les jus de fruits trop caloriques. Elle se dit qu'elle n'est sans doute pas la seule à vouloir boire quelque chose de funky, rafraîchissant, sain et naturel. Alors Simone part en quête. Et c'est en Corrèze qu'elle trouve son graal. Une herboriste avec qui elle va concocter un mélange d’eau, de jus de fruits, de légumes fraîchement pressés et de plantes. Bref, de l'hydrolade. Ça c'était à l'été 2014. Depuis, Simone a soif écoule ses boissons dans 400 points de vente. D'ici 5 ans, elle se verrait bien dans 9 grandes villes européennes. Pour cela, Simone a récemment levé des fonds et accueilli dans son tour de table quelques grands noms comme celui de Pierre-Olivier Beckers, l'ancien boss de Delhaize.

 

Sarolea, sept lettres mythiques pour tous les amoureux des deux roues. Cette ancienne marque de motocyclettes liégeoise renait de ses cendres. Mais en version 21e siècle, c'est-à-dire en full électrique. Avec comme ambition rien de moins qu'être la e-moto la plus performante du monde. Aux manettes, Toesten et Bjorn Robbens, frères jumeaux, passionnés et ambitieux. Les partenaires? Solvay, ABB, des écoles, des instituts techniques et technologiques... Les ambassadeurs? Des pilotes de course. Ou encore la société de production de Tom Cruise. Intéressé par le bolide? Armez-vous de patience, car Sarolea ne produit qu'une dizaine de modèles par an, en fonction des demandes du client. Du sur-mesure hyperexclusif!

 

Foodbag. Les boîtes repas ont la cote. Quelques acteurs dominent le marché et les supermarchés se sont engouffrés dans la brèche. Mais même les plus addict de ces solutions sur-mesure n'ont peut-être pas envie de manger des pommes de terre qui viennent d'Egypte ou de la salade qui n'a jamais vu la terre. C'est à ce public-là que Foodbag s'adresse. Un peu plus cher qu'un Hello Fresh, mais avec des produits et des recettes qui sentent bon la Belgitude. Au menu par exemple des boulettes sauce tomates ou du cabillaud, sauce au poireau et purée. Le tout en provenance de fournisseurs locaux. Aujourd'hui, Foodbag concentre ses aficionados dans la région gantoise, mais d'ici quelques mois, la marque débarque en Wallonie. Ah oui, et bonne nouvelle: chez Foodbag, aucune obligation de souscrire à un abonnement. Et ça c'est précieux. 

 

POM. Encore une app bancaire? Oui mais celle-ci se veut résolument Peace of Mind. C'est d'ailleurs avec cet objectif que Tom Totté et Johannes Vermeire ont décidé de lancer en POM en 2015 quand leur envie de réformer Zoomit n'a pu aboutir. Alors en quoi cette app pourrait nous donner soudainement envie de régler nos factures? Essentiellement, sa facilité d'utilisation. Plus besoin de scanner un code ou de sortir son digipass! Un mail vers l'app ou encore plus facile une photo de la facture (même si elle n'est pas munie du fameux bordereau de paiement rose), un clic et c'est payé. Si on voit rapidement pourquoi M et Mme Tout le monde pourrait facilement se mettre à la POM -d'autant qu'elle est gratuite - pourquoi les émetteurs de factures passeraient-ils par cette app? Pareil, pour le Peace of Mind. Le pari étant que vu la facilité d'utilisation de POM, les utilisateurs paieront plus rapidement. Avec pour les émetteurs, davantage de trésorerie et moins de frais administratifs. Peace of Mind qu'on vous dit!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content