Barefoot & Co va aider MaFrance à grandir en Chine

©Barefoot & Co

L’accélérateur de jeunes pousses bruxellois Barefoot & Co a conclu un accord de collaboration avec la plateforme française MaFrance. Il va tout à la fois l’initier au marketing d’influence en Chine et lever des fonds pour elle.

Une jolie plume vient de s’ajouter au chapeau du "start-up studio" bruxellois Barefoot & Co: cet accélérateur de croissance dédié aux jeunes pousses (lire L’Echo du 27 juillet dernier) vient de signer un accord de collaboration avec MaFrance SAS.

"Nous allons contribuer à la transformation digitale de MaFrance avec une solution de marketing d’influence."
Aubry De Koster
CEO de Barefoot & Co

Cette société hébergée chez Station F, le campus de start-up créé à Paris par Xavier Niel, a développé une plateforme facilitant l’accès du marché chinois aux produits français: elle offre une solution unique de pré-dédouanement digitalisé entre la France et la Chine, d’une part, et fait la promotion des produits et fabrications des PME françaises auprès du public chinois, d’autre part, en recourant aux réseaux sociaux, aux sites internet et à la publicité.

"Elle offre une totale transparence aux autorités françaises et chinoises sur les ventes à distance, et reverse les taxes associées aux douanes chinoises", explique Barefoot & Co. "(Son) procédé breveté permet ainsi le contrôle automatisé des exportations depuis la France, et la traçabilité des importations pour la Chine." MaFrance s’est adressée à Barefoot & Co pour lui confier une double mission.

L’accélérateur belge va tout à la fois aider MaFrance à lever des fonds et contribuer activement à la mise en œuvre de sa stratégie commerciale en la guidant à travers de nouveaux canaux.

Deux axes de travail

Concrètement, MaFrance souhaite augmenter ses ventes par une meilleure activation de sa communauté d’acheteurs chinois. Barefoot & Co a identifié deux manières d’agir pour y arriver: en s’appuyant sur la communauté française établie en Chine, afin de faire de ses membres des ambassadeurs de la culture française et de ses produits; en déployant un marketing d’influence à travers les réseaux sociaux chinois, tels que WeChat.

"On placera la barre beaucoup plus haut d’ici un horizon de dix à douze mois, pour accélérer la croissance."
Aubry De Koster

Blügle, une filiale spécialisée de Barefoot & Co, sera chargé de réaliser des campagnes marketing ciblées, afin de stimuler l’appétit des consommateurs chinois pour les produits gastronomiques, agroalimentaires, cosmétique ou autres proposés sur la plateforme de vente de MaFrance.

"La levée de fonds sera menée à bien en deux étapes, explique Aubry De Koster, le CEO de Barefoot & Co. Dans un premier temps, on cherchera à récolter 300.000 euros, pour démontrer que les outils mis à disposition sont bien performants. Ensuite, on placera la barre beaucoup plus haut d’ici un horizon de dix à douze mois, pour accélérer la croissance."

Côté commercial, d’ici 2020, il se fait fort de multiplier par cinq les ventes opérées via la plateforme de MaFrance.

Et quid des PME belges?

Immanquablement, le développement de cette passerelle facilitant l’accès des PME françaises au marché chinois soulève la question: et quid des belges? Nos petites et moyennes entreprises pourraient-elles un jour bénéficier des mêmes latitudes, et notamment d’une même solution de dédouanement simplifié? "Aujourd’hui, MaFrance œuvre pour les sociétés françaises, répond Aubry De Koster. Mais on pourrait imaginer qu’à l’avenir, on organise des passerelles entre la Belgique et la Chine, car la problématique est la même: pour une PME, qu’elle soit belge ou française, envoyer des paquets vers le marché chinois est rien moins qu’évident aujourd’hui, et en travaillant avec une plateforme comme celle de MaFrance, le processus de vente devient beaucoup plus souple."

Pas exclu, donc, qu’un jour, la plateforme s’ouvre aussi aux candidats belges à l’exportation vers ce méga marché.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect