Publicité

Des entrepreneurs lancent un label indépendant "covidsafe"

©BELGA

Apprendre à vivre le virus en sachant que le risque zéro n'existe pas, des entrepreneurs plaident en faveur d'un label "Covidsafe"

Si la vie d'un entrepreneur est tout sauf un long fleuve tranquille, celle d'un entrepreneur qui souhaite lancer un label certifiant les différentes mesures prises pour lutter contre le covid ressemble à une descente de rapides sans embarcation. Et ce n'est certainement pas Stéphane Vanautgaerden qui vous dira le contraire. Avant que le crise sanitaire n'éclate, cet entrepreneur qui a fondé et géré pendant dix ans le salon Horeca Life et le Bocuse d'or, mettait la dernière main au salon Euro Smart Cities qui devait se dérouler sur le site de Tour et Taxis en 2021. Faute de pouvoir organiser son événement, Stéphane Vanautgaerden a réfléchi à la possibilité de mettre en place un label indépendant qui permettrait de certifier l'ensemble des mesures prises les commerçants, les entreprises et les pouvoirs publics pour assurer la sécurité de tous dans ce contexte de crise sanitaire.

"Je suis dans la logique de savoir comment un commerçant qui a fait l'effort de s'équiper peut valoriser cela vers l'extérieur et le faire savoir."
Stéphane Vanautgaerden
Porteur du projet du label indépendant" I do my part"

"Je suis dans la logique de savoir comment un commerçant qui a fait l'effort de s'équiper peut valoriser cela vers l'extérieur et le faire savoir", nous a expliqué Stéphane Vanautgaerden. C'est lui qui a mis en contact la société Airsteril afin qu'elle équipe les douze palais de Brussels Expo de boîtiers UVC censés désinfecter l'air. Et peu importe si un arrêté, suivant un avis du Conseil supérieur de la santé (CSS), vient d'interdire les systèmes de lampes UVC à rayonnement direct, il convient d'avancer dans le développement d'un label.

Complémentarité de technologies

L'idée n'est pas que la technologie apporte seule la solution, mais bien qu'une complémentarité de technologies adaptée en fonction de la spécificité des lieux à équiper permette de tendre vers une situation la moins risquée pour la santé de tous. Dans cet ordre d'idée, les porteurs du projet du label indépendant "I do my part", ont voulu faire de Durbuy la première ville "covidsafe" au monde en l'équipant des machines nécessaires et en appliquant toute une série de mesures. Des discussions avaient démarré avec les autorités de Durbuy, avant que celles-ci ne décident de se retrancher derrière l'avis du Conseil supérieur de la santé.

"Il faut aprendre à vivre avec le virus et le risque zéro n'existe pas."
Stéphane Vanautgaerden
Porteur du projet du label indépendant I do my part

"Il faut apprendre à vivre avec le virus et le risque zéro n'existe pas", explique encore Stéphane Vanautgaerden, qui rappelle bien que le label n'est pas la solution, mais une partie de la solution.

Ce label devrait s'articuler autour du niveau de ventilation/filtration/désinfection de l'air (de 1 à 3) et des mesures sanitaires prises par les exploitants du lieu (notation de A à G), l'idée étant que chacun fasse sa part du travail.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés