Des petits actionnaires de Coil (re)montent au front

©REUTERS

Les rémunérations des dirigeants de Coil sont dans le viseur de petits actionnaires. Ils ont informé le gendarme des marchés français de la situation.

"Il y a derrière nous plus ou moins dix ans de pratiques de rémunérations outrancières." Fabian Warzee (Everest), l'avocat de quelques petits actionnaires de Coil, une société active dans l'anodisation d'aluminium, continue le combat entamé il y a quelques années contre la rémunération jugée excessive des dirigeants et des administrateurs de Coil. Ce combat n'est pas nouveau. D'après l'avocat, entre 2015 et 2020, le management exécutif a perçu près de 20 millions d'euros de rémunérations et de bonus. Pour les petits actionnaires, ces pratiques impactent la trésorerie et l'évolution du cours de la société cotée sur le segment Growth (Alternext) d'Euronext Paris.

20
millions €
Les rémunérations et bonus perçus par le management exécutif de Coil entre 2015 et 2020.

"Des actionnaires ont acquis des titres de la société et ont constaté que la rémunération et les bonus octroyés aux dirigeants affectaient le résultat de la société", nous a expliqué l'avocat des petits actionnaires dont certains tirent la sonnette d'alarme depuis plusieurs années. Face à l'absence de réponse satisfaisante de la direction de Coil et du réviseur de la société (Mazars), ils ont décidé de rédiger un courrier à l'attention de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour la tenir informée de la situation. Dans ce courrier, daté de la mi-avril, les petits actionnaires soulignent "un manque notable de transparence en ce qui concerne les rémunérations et primes octroyées aux administrateurs". Pour eux, cette situation ne "contribue pas à une information claire du marché".

"Des actionnaires ont acquis des titres de la société et ont constaté que la rémunération et les bonus octroyés aux dirigeants affectaient le résultat de la société."
Fabian Warzee
Avocat de petits actionnaires de Coil

Aides d'État et bonus

Plus gênant encore. Une étude des comptes de la société réalisée par les petits actionnaires a permis de constater qu'au 30 juin 2020, en pleine période de covid, la société a bénéficié d'aides d'État et de reports d'échéances bancaires tandis que les administrateurs, les administrateurs délégués et le management exécutif ont perçu près de 3 millions d'euros. Enfin, toujours au 30 juin 2020, Coil affichait une perte nette de 2 millions d'euros, "ce qui correspond à peu de choses près avec les bonus décidés en faveur des administrateurs délégués", peut-on encore lire dans ce courrier envoyé à l'AMF.

"Le nouveau code des sociétés prévoit que les entreprises présentent leur politique de rémunération."
Fabian Warzee

En réalité, l'analyse des comptes 2020 réalisée par les petits actionnaires confirme une augmentation de 20% de la rémunération de tous les administratreurs par rapport à l'année 2019. Estimant ne pas avoir reçu de réponse satisfaisante de la part de la direction de Coil et du réviseur aux comptes, les petits actionnaires ont décidé de passer à la vitesse supérieure, raison de ce courrier envoyé au gendarme des marchés français. "Coil est coté sur un marché non règlementé et tout se fait au détriment des actionnaires", a encore souligné l'avocat Fabian Warzee, avant de préciser que le souhait des actionnaires était de faire réagir une autorité compétente sur les marchés.

Une chose est certaine, les petits actionnaires mécontents du niveau de rémunération des dirigeants de Coil ne manqueront pas de poser leurs questions lors de la prochaine assemblée générale qui se tiendra le 2 juin prochain, mais comme les administrateurs détiennent la majorité des parts de la société, la partie est loin d'être gagnée. "Une chose, cependant, est intéressante. Le nouveau code des sociétés prévoit que les entreprises présentent leur politique de rémunération. Concernant Coil, cette présentation devrait être faite lors de la prochaine assemblée générale", assure Fabian Warzee. Et ce dernier l'assure, si cela s'avère nécessaire, ses clients n'hésiteront pas à porter l'affaire en justice.

Le résumé

  • Des petits actionnaires de Coil dénoncent, depuis plusieurs années, le haut niveau de rémunération des dirigeants.
  • Ils ont adressé un courrier à l'Autorité des Marchés Financiers pour l'alerter de la situation.
  • Ils entendent maintenir la pression à quelques jours de l'assemblée générale.
  • Le cas échéant, ils pourraient porter l'affaire en justice.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés