Du beau monde intéressé par le spécialiste belge des huiles essentielles

©Thierry du Bois

Inula (Pranarôm) suscite la convoitise de plusieurs grands fonds d’investissement mondiaux. BC Partners, Montagu et CVC sont cités.

L’information a filtré depuis plusieurs mois: Inula, le groupe belge spécialisé dans les huiles essentielles et extraits naturels, est à la recherche d’un partenaire.

Parmi les trois noms qui circulent, seul CVC a déjà des participations en Belgique.

Inula est la coupole qui rassemble toutes les activités du groupe, dont l’enseigne la plus connue est la société Pranarôm, basée à Ghislenghien. Le fonds d’investissement Vendis, le président Dominique Baudoux et le CEO Sergio Calandri ont chargé la banque d’investissement JP Morgan de trouver un acheteur. Vendis détient 42% des actions d’Inula, le solde étant aux mains de son président et de son CEO.

D’après plusieurs sources, Inula a suscité l’appétit de plusieurs fonds d’investissement. Entre autres: BC Partners, Montagu Private Equity et CVC capital Partners. Le fait que les plus importants fonds mondiaux se soient manifestés n’a rien de surprenant, car le prix de la transaction pourrait atteindre plusieurs centaines de millions d’euros, voire même selon certains, un demi-milliard.

©DOC

Parmi les trois noms qui circulent, seul CVC a des participations en Belgique. Le fonds possède Continental Foods (Devos & Lemmens, Royco, Imperial et Liebig) et le producteur de profilés en aluminium Corialis (ex-Aliplast). BC Partners a été pour sa part le propriétaire du fournisseur d’informations sur les entreprises et d’analyses financières Bureau van Dijk entre 2007 et 2011.

Contacté, le CEO Sergio Calandri n’a pas souhaité commenter ces informations. Au début de l’année, le président d’Inula, Dominique Baudoux, avait simplement indiqué qu’il n’y avait "aucun agenda précis", une vente n’étant "pas imminente". "L’entreprise se porte très bien, ce serait donc prématuré d’aller sur le marché", avait-il fait valoir.

Les chiffres clés

86 millions d’euros

 La société a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 86 millions d’euros l’an dernier, soit près d’un cinquième de plus que l’année précédente. L’ebitda s’est élevé à plus de 30 millions d’euros contre près de 24 millions en 2016.

200 employés

Environ 200 personnes font partie du groupe, dont environ 90 à Ghislenghien et une bonne quinzaine à Vielsalm.

30 pays

 Très active à l’exportation, le groupe vend ses produits au Japon, en Chine,en Grande-Bretagne, en Europe de l’est, au Chili, en Afrique du Sud et partout où le public découvre l’efficacité de l’aromathérapie scientifique.

 

De fait, tous les derniers résultats d’Inula/Pranarôm sont plutôt flatteurs, ce qui a valu à ses dirigeants de se voir nominer pour plusieurs récompenses en Belgique ces dernières années. Le groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 86 millions d’euros l’an dernier, soit près d’un cinquième de plus que l’année précédente. Le résultat brut d’exploitation (EBITDA) s’élève à plus de 30 millions d’euros, contre près de 24 millions en 2016.

Pranarôm a été créée en 1991 par le pharmacien Dominique Baudoux. Ce dernier l’a transformée en leader mondial de l’aromathérapie, un secteur qui utilise des huiles essentielles à des fins thérapeutiques.

Vingt ans plus tard, Vendis a été invité à devenir actionnaire de Pranarôm pour accélérer sa croissance. La première étape importante fut la fusion de Pranarôm avec son concurrent belge Herbalgem, un spécialiste des extraits de plantes. Ex-banquier d’affaires Sergio Calandri, était l’un des actionnaires et le patron d’Herbalgem.

La grande percée internationale a eu lieu en 2016 avec la reprise de la société française BioFloral – qui a permis au groupe de se diversifier dans les fleurs de Bach – et de l’Américaine Veritida Botanicals. Cette dernière transaction a ouvert les portes du marché des Etats-Unis.

©DOC

Le groupe est aujourd’hui présent dans six pays et sur plus d’une vingtaine d’autres marchés grâce à des partenariats locaux. Il vend ses produits via les pharmacies, les parfumeries, les herboristeries et les magasins de produits biologiques.

Créé en 2009 par l’ancienne équipe de direction de Mitiska, Vendis est pour sa part un fonds d’investissement spécialisé dans le soutien aux PME européennes du secteur des marques consommateurs et de la distribution spécialisée.

Parmi les investisseurs les plus importants du fonds, on y retrouve la famille Colruyt et le groupe éponyme. Les autres investisseurs sont notamment Emiel Lathouwers (fondateur et ex-CEO d’AS Adventure), Mitiska, Jacques Hayez (fondateur et CEO de Cassis et Paprika), des membres de la famille de Pret (AB Inbev) et Vaxelaire (ex-GIB) et l’équipe de management.

Vendis gère actuellement deux fonds: Vendis Capital I, un Fonds levé en 2009 qui est aujourd’hui entièrement investi, et Vendis Capital II, un second fonds de 180 millions levé en 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content