En manque de cash, Issol se cherche un nouvel actionnaire

©Issol

Issol est une société liégeoise spécialisée dans les vitrages intelligents. Créée en 2006, elle jouit déjà d’une belle carte de visite. Mais pour devenir pérenne, l’entreprise a besoin d’argent frais et d’un carnet de commandes rapidement étoffé.

Dans le rouge pour l’instant, Issol peut pourtant se prévaloir d’une carte de visite internationale à valeur ajoutée et d’un joli carnet de commandes sur le segment porteur du vitrage intelligent.

Créée en 2006, l’entreprise verviétoise (Andrimont) a déjà drapé de verre intelligent des dizaines de bâtiments emblématiques à travers le monde, dont le tribunal de grande instance de Paris, une tour urbaine de 160 mètres de hauteur dessinée par Renzo Piano ou la tour passive Danube à Strasbourg.

©Issol

"Nous allons aussi couvrir le complexe hôtelier Monte Carlo Bay à Monaco ou la Gare Maritime à Tour & Taxis. Nous sommes présents en Chine et nous réalisons également des projets moins importants, mais tout aussi emblématiques de notre savoir-faire, car nous devons substituer aux matériaux classiques des matériaux actifs, producteurs d’énergie, sans alourdir les lignes du bâtiment existant. C’est cette expertise alliant technique de pointe et architecture qui assure aujourd’hui notre carte de visite à l’international. Et au final, le surcoût pour le maître d’ouvrage est très raisonnable", assure Olivier Van Langenacker, qui continue à vanter les mérites de la Formule 1 wallonne même s’il en connaît les faiblesses sous le capot en tant qu’administrateur et actionnaire.

L’équation est aujourd’hui claire: sans liquidités suffisantes, impossible d’atteindre le chiffre d’affaires plancher pour permettre à la PME wallonne de dégager des bénéfices qui assurent sa pérennité.

Nouvelle direction, nouveaux développements stratégiques

Depuis janvier 2019, un nouveau directeur général est venu reprendre le volant. Précédemment en poste chez Guardian, Olivier Demeijer y gérait notamment des usines de vitrages automobiles en Espagne. Depuis son arrivée, la mission du nouveau pilote est claire: tout démonter, identifier les faiblesses du moteur et le regonfler durablement.

3
millions d'euros
C’est l’apport d’argent frais dont aurait besoin Issol à moyen terme pour pouvoir déployer ses ailes et étoffer son carnet de commandes.

Il y a deux mois déjà, il nous avait confié avoir pour mission de trouver un ou deux nouveaux actionnaires et de lever rapidement 3 millions d’euros d’argent frais. Sans mettre la pression, les actionnaires historiques réunis autour de la famille Quittre ont fixé l’objectif et le calendrier.

Aujourd’hui, le processus de recapitalisation est entré dans sa phase concrète. "On vient de se mettre d’accord pour rédiger une lettre d’intention avec le nouvel actionnaire wallon endéans la quinzaine. On entamera donc rapidement la phase de due diligence, qui devrait être rapide. Et si, malgré tout, la solution actuellement sur la table ne se concrétisait pas, on a d’autres pistes pour lever les fonds jugés indispensables. À court terme, on parle de minimum 1,5 million d’euros", assure-t-il, relativement confiant de l’issue des tractations en cours.

Une ultime solution, en cas de sortie de piste avec le fonds privés actuellement autour de la table serait de faire appel à l’aide de la Sogepa, la société wallonne d’aide aux entreprises. Mais on n’en est pas encore là, mais le temps presse: si le chiffre d’affaires d’Issol ne cesse de grimper d’année en année pour dépasser aujourd’hui 8 millions d’euros, les pertes, elles aussi, grimpent. Elles atteignaient déjà, fin 2017, 500.000 euros.

Tripler le chiffre d’affaires

Mais selon un expert du marché immobilier spécialisé dans la niche courue par Issol, au-delà des petits problèmes de trésorerie actuels, l’entreprise verviétoise devrait surtout rapidement pouvoir tripler son carnet de commandes et son chiffre d’affaires à hauteur de 25 millions d’euros pour être durablement profitable.

Outre la recapitalisation en cours, le nouveau directeur général devra également étoffer rapidement son carnet d’adresses international, indispensable pour rivaliser avec la concurrence sur les marchés internationaux. Sur ce point, des partenariats structurels avec d’autres sociétés actives sur les mêmes segments de marché seraient une piste à étudier.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect