Galloo va démanteler deux navires de la Marine française

Galloo a déjà déconstruit de nombreux navires de guerre français à Gand. ©Thomas De Boever

Deux anciens bâtiments de la Marine nationale française ont quitté l'Hexagone pour être déconstruits par le site gantois de Galloo.

L'entreprise gantoise de démantèlement et de recyclage de navires Galloo doit entamer prochainement la "déconstruction" de deux bâtiments de la Marine nationale française, l'un de ses bons clients, selon le site spécialisé français Mer et Marine.

Deux anciens bâtiments de la Marine nationale ont définitivement quitté la France pour terminer leur vie au chantier de déconstruction Galloo de Gand. Il s'agit de l'ancienne frégate anti-sous-marine Duguay-Trouin et de l'ex-bâtiment de soutien mobile Loire, respectivement désarmés en 1999 et 2009.

Galloo (anciennement Van Heyghen Recycling) et appartenant au groupe franco-belge Galloo, a déjà déconstruit de nombreux navires de la Marine française, dont en 2018-2019 la frégate Aconit et le bâtiment de soutien mobile Rhin - de la même classe que la Loire. Le groupe gantois s’était vu attribuer également, par la Marine française, la déconstruction de sept navires de guerre déclassés, dont deux gros bâtiments amphibies.

En 2013, il avait par ailleurs effectué la démolition du méthanier Tellier de GDF Suez, un navire de près de 200 mètres de long et de 8 mètres de tirant d’eau. Spécialisé dans la récupération et le recyclage des vieux métaux, le groupe Galloo compte une cinquantaine de sites en Belgique (16), dans le nord de la France (31) et dans le sud des Pays-Bas (3). Pour démolir péniches et bateaux, l’entreprise dispose à Gand d’un quai de 800 mètres, d’une cisaille de 2.000 tonnes, d’une presse de 600 tonnes et d’une vaste cale (slipway). Le désamiantage est effectué par des sous-traitants.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés