Ice-Watch va distribuer les montres Citizen en Belgique et en France

©CITIZEN

À partir du 1er septembre, Ice-Watch va reprendre la distribution des montres Citizen en Belgique et en France. Ice-Watch achète tous ses mouvements au Japonais depuis le début.

Le mouvement est passé sous les radars des non-initiés, mais il pourrait avoir des conséquences plus importantes qu’il n’y paraît de prime abord. À partir du 1er septembre, Ice-Watch va reprendre à son compte la distribution des montres Citizen en Belgique et en France. Si ce nom ne vous parle pas, il faut savoir que le groupe japonais, fondé en 1918, fait la pluie et le beau temps du secteur horloger au Japon aux côtés d’un groupe comme Seiko.

"Citizen est l’une des toutes belles marques mondiales."
jean-pierre lutgen
ceo d’ice-watch

Avec un chiffre d’affaires de près de trois milliards de dollars, Citizen n’est donc pas le premier venu sur le front des tocantes. Notons, à ce stade, qu’Ice-Watch et Citizen sont tout sauf des inconnus l’un pour l’autre. Dès le début de son histoire, Ice-Watch achète ses mouvements à Citizen.

Depuis quelques années, la distribution de Citizen en France et en Belgique connaissait des ratés. "Dans le milieu, on appelle cette marque la belle endormie", nous a expliqué Jean-Pierre Lutgen, qui ne cache pas sa satisfaction à l’évocation de cette collaboration nouvelle. "Il y a une grande confiance réciproque entre Citizen et nous", nous a encore expliqué le CEO d’Ice-Watch.

Entrée dans le capital?

Si ce dernier n’a pas souhaité répondre plus en avant à nos questions, on peut imaginer que cette collaboration débouche, à moyen terme, sur un rapprochement des deux groupes. À la fin de l’année 2016, Jean-Pierre Lutgen criait sur tous les toits qu’il était à la recherche d’un partenaire pour développer les activités d’Ice-Watch hors de l’Europe. On rappellera également que le CEO avait mandaté une banque d’affaires pour mettre sa société à l’étalage, une opération qui n’avait pas abouti.

À l’époque, Jean-Pierre Lutgen expliquait son souhait d’intégrer sa société dans un groupe possédant un portefeuille de marques plus étendues. Il n’avait pas souhaité donner de nom, mais avait rappelé que le marché japonais était dominé par Seiko et… Citizen. Tiens, tiens, comme on se retrouve! "En termes d’opportunité, Citizen est l’une des toutes belles marques mondiales", a conclu Jean-Pierre Lutgen.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect