Isabelle Grippa à la tête d'hub.brussels pour assurer la transition économique

©BELGA

L’objectif pour l’année à venir d’Isabelle Grippa, qui est aux manettes d’hub.brussels? Assurer la transition économique de Bruxelles, pour impacter la société aux niveaux social et environnemental.

"Ce qui me lie à hub.brussels, ce sont mes différentes vies", entame Isabelle Grippa, nommée en 2018 à la tête de la nouvelle agence bruxelloise pour l’accompagnement de l’entreprise née de la fusion d’Atrium Brussels, de Bruxelles Invest & Export et d’Impulse. Parcours sans faute à ce stade pour celle qui revendique quasiment le fait de ne pas avoir de diplôme. "J’adore l’entrepreneuriat et, pour des raisons familiales, j’ai dû commencer à travailler très tôt", explique-t-elle, tout en confiant qu’elle a repris la route des bancs de l’université sur le tard. "Je considère les matières socio-économiques comme un levier de changement", avoue-t-elle avant de confier que son moteur consiste à accompagner les gens et les entreprises dans le développement de leur projet.

Avant de prendre la tête d’hub.brussels, Isabelle Grippa a fait l’essentiel de sa carrière au sein du cabinet du ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort.

Impacter la société

"L’économie est le levier du changement de notre société."

Pour l’année à venir, l’objectif d’Isabelle Grippa consistera, de son propre aveu, à assurer la transition économique de Bruxelles. "Il ne faut plus développer l’économie pour l’économie, mais il faut développer l’économie pour impacter la société aux niveaux social et environnemental." Vaste programme!

La directrice générale d’hub.brussels sera donc attentive à accompagner les entreprises classiques à entrer dans cette transition sociale et environnementale. Sociale, dans le sens où il convient de placer l’humain au cœur de l’entreprise. Aujourd’hui, précise notre interlocutrice, un tiers des entrepreneurs à Bruxelles sont des femmes. "L’objectif est de passer à la moitié de femmes", assure celle qui dirige actuellement 320 "hubsters qui sont dans les starting blocks".

Le plus difficile, sans doute, sera de réussir à tenir la barre de ce paquebot qui touche aussi bien à l’accompagnement du commerce bruxellois et aux investissements à l’étranger qu’au suivi des nouvelles entreprises. Cela étant, le momentum semble être le bon, entre la volonté du gouvernement bruxellois et le désir des entreprises et des Bruxellois d’aller de l’avant. "Les citoyens ont besoin de sens, explique Isabelle Grippa, qui sait qu’elle doit battre le fer tant qu’il est chaud. "L’économie est le levier du changement de notre société. La production de richesses n’est plus une fin en soi", conclut la directrice générale d’hub.brussels, visiblement fort motivée à l’aube de cette nouvelle décennie.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n