Jean-Pierre Lutgen se défait des marques "Bastogne" au profit des commerçants

©ANTHONY DEHEZ/BELGA

Le CEO d’Ice-Watch a décidé d’offrir l’enregistrement de la marque Bastogne aux commerçants de la commune. Un geste d’apaisement qui devrait être apprécié.

Coup de communication bien mené, désir d’en finir avec un conflit larvé et plombant ou premiers effets d’une sagesse de bon aloi? C’est sans doute un peu tout cela qui a amené Jean-Pierre Lutgen, le CEO d’Ice-Watch, à décider d’offrir aux commerçants de Bastogne l’enregistrement des marques Bastogne. Cet acte devrait éteindre le feu allumé à Bastogne par l’enregistrement des marques en question auprès de l’Office de l’Harmonisation dans le Marché Intérieur (OHMI).

"Les actions de la commune ont laissé planer une incertitude juridique."
Jean-Pierre Lutgen
ceo d’ice-watch

"Chez Ice-Watch, nous avons décidé d’éliminer toutes les sources de conflit pour nous concentrer sur les choses positives", nous a expliqué Jean-Pierre Lutgen, attablé dans un restaurant du centre de ville ardennaise. Immobilisé pendant quelques mois à la suite d’une double fracture du genou, le patron d’Ice-Watch a eu le temps de réfléchir et de faire le tour des dossiers qui l’empoisonnaient. Parmi ceux-ci, la réaction des autorités communales suite aux enregistrements de la marque Bastogne faits entre le 11 février et le 23 septembre 2014. Jean-Pierre Lutgen expliquait qu’il comptait produire une montre à l’effigie de la commune. Du côté des autorités, on ne l’a pas entendu de cette oreille. Et le 25 septembre 2015, un conseil communal, organisé à l’aube et à huis clos, avait décidé d’introduire une action en vue d’obtenir l’annulation de l’enregistrement de la marque.

Protéger Bastogne

Aux dernières nouvelles, et malgré la précipitation affichée à l’époque, la commune n’aurait pas intenté son action. Qu’à cela ne tienne! Jean-Pierre Lutgen a décidé d’offrir l’ensemble des marques enregistrées à l’Association des commerçants, artisans et industriels (ACAIB) de Bastogne. "J’ai une confiance totale dans le conseil d’administration de l’association et je suis certain qu’ils pourront protéger la dénomination Bastogne et l’utiliser à bon escient", nous a précisé le CEO d’Ice-Watch.

Poussant son raisonnement plus loin, Jean-Pierre Lutgen, qui n’est autre que le frère de Benoît Lutgen, le bourgmestre de Bastogne, a expliqué qui si des arbitrages devaient être pris autour de l’usage de la marque Bastogne, "ce ne sera pas le rôle du politique ni d’une société comme la nôtre, et cela dans l’intérêt de Bastogne".

le résumé

En 2014, Jean-Pierre Lutgen, le CEO d’Ice-Watch, fait a fait enregistrer la marque Bastogne au niveau européen.

La commune avait menacé de réclamer l’annulation des marques.

Jean-Pierre Lutgen a décidé d’offrir les marques.

Au passage, le patron d’Ice-Watch, qui rappelle qu’il comptait fabriquer une montre Bastogne, s’étonne de l’absence de réaction de la commune par rapport à l’annonce faite de monter au créneau juridique. "Aucune demande d’annulation n’a été introduite, mais ces actions de la commune ont laissé planer une incertitude juridique, ce qui n’a fait que diminuer mon envie d’investir dans la marque." Derrière ces déclarations, on sent encore la tension apparue entre les autorités de Bastogne et l’entrepreneur. "Cet élément n’est qu’un élément additionnel de tous les problèmes que nous avons rencontré avec les autorités communales."

L’idée de Jean-Pierre Lutgen est de rendre la marque à "ceux qui la font vivre", soit les commerçants, les artisans et les industriels de Bastogne. "Une marque ne doit pas être aux mains d’un pouvoir politique", ajoute Jean-Pierre Lutgen. Au total, l’entrepreneur se défait de sept enregistrements, une opération qui, à l’époque, lui avait coûté près de 10.000 euros. Cette nouvelle devrait également faire l’affaire du groupe alimentaire Veviba. Celui-ci, actif dans le domaine alimentaire, avait peu goûté l’enregistrement de la marque "Bastogne Beef Beef". À l’époque, la société était sortie du bois pour faire savoir qu’elle étudiait les possibilités d’introduire un recours contre les enregistrements.

Reste à voir si ce geste ramènera le calme à Bastogne, berceau de la bataille des Ardennes.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect