Kazidomi lève (encore) plus d'un million d'euros

La start-up vient de boucler un nouveau tour de table, déjà le troisième depuis sa création. L’ambition? Agrandir l’équipe, renforcer la présence en France et développer des produits sous la marque Kazidomi.

Les levées de fonds commencent doucement à devenir une tradition annuelle chez Kazidomi. La start-up belge, spécialisée dans la vente en ligne de produits sains, vient de clôturer sa troisième levée de fonds en autant d’années. Après 450.000 euros injectés en 2018, un million en 2019, c’est désormais un peu plus d’un million d’euros supplémentaire qui a été levé par l’entreprise bruxelloise.

Pour ce nouveau tour de table, l’entreprise a pu compter sur ses investisseurs historiques. Depuis sa création, la société s’est plutôt bien entourée. On retrouve notamment dans les investisseurs François Blondel (KitoZyme), Olivier Coune (président du CA de Pierre Marcolini), Benoit Coenraets (Dynaco) ou encore Eric Everard (Easyfairs), l’oncle d’Emma Everard, la cofondatrice de Kazidomi.

4 millions d’€
En un an, le chiffre d’affaires de Kazidomi a triplé, passant de 1,3 million à un peu moins de 4 millions d’euros.

L’entreprise a pu également compter sur le soutien de Dominique Baudoux. Le nouvel investisseur est un spécialiste des huiles essentielles. Il est le fondateur de la marque Pranarôm, devenue ensuite Inula, qu’il a revendue plusieurs centaines de millions d’euros au fonds d’investissement français Ardian.

"L’idée de notre stratégie est que chaque investisseur dispose d’une expertise spécifique pour nous aider à grandir. Les connaissances de Dominique Baudoux dans les huiles essentielles sont utiles car il s’agit typiquement de produits intéressants pour la vente en ligne. Sa connaissance scientifique sera aussi un atout", explique Alain Etienne, l’autre cofondateur de Kazidomi.

De 25 travailleurs à 40 en 2020

L’injection d’argent frais sera utile pour trois aspects. "Nous allons continuer à agrandir l’équipe. Nous sommes actuellement 25. Nous devrions être une quarantaine pour la fin de l’année. La levée permettra aussi de poursuivre notre croissance en France, qui est notre marché le plus important. Nous y effectuons les ¾ de note chiffre d’affaires", explique le cofondateur de Kazidomi. Depuis quelques mois, l’entreprise y a ouvert son premier bureau, au sein du prestigieux incubateur Station F, à Paris. La levée permettra enfin à Kazidomi de développer ses propres marques, une nouvelle activité pour le groupe. "Nous travaillons depuis peu directement avec des producteurs pour quelques produits phares. Cela nous permet d’éviter les intermédiaires et ainsi réduire les coûts. C’est toutefois une stratégie que l’on met en place uniquement pour les produits les plus simples, où il y a très peu de différenciation sur le marché", explique encore le fondateur.

Lancée en 2016, l’entreprise poursuit sa forte croissance. "En 2018, le chiffre d’affaires était de 1,3 million d’euros. Il devrait être d’un peu moins de 4 millions en 2019", précise encore le jeune patron. Dans ses derniers comptes annuels datant de 2018, l’entreprise enregistre toutefois encore une perte à reporter d’un peu plus de 250.000 euros. "Nous pourrions passer à l’équilibre cette année. Si cela ne se fait pas, ce n’est pas vraiment problématique car l’activité est en forte croissance. Mais notre ambition est de converger assez rapidement vers le break even", assure Alain Etienne.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n