Publicité

La Belgique séduit davantage les investisseurs activistes

Récemment, l'actionnaire activiste ENA est sorti du bois pour stigmatiser le niveau de résultats chez la société belge cotée Ontex (produits d'hygiène). ©Wim Kempenaers (WKB)

Les investissements effectués par des activistes dans des entreprises belges sont en train de "boomer", selon le cabinet Deloitte.

Les investisseurs activistes s'intéressent de plus en plus au marché belge. Le cabinet-conseil Deloitte, qui vient de publier un rapport sur les investissements engagés, relève que ceux réalisés par eux dans notre pays ont totalisé 395 millions d'euros en 2018. C'est plus de trois plus que... l'ensemble de leurs investissements dans notre pays entre 2005 et 2017 (112 millions sur les 13 ans)!

Explication: les activistes diversifient de plus en plus leur stratégie de ciblage, avance Deloitte. Auparavant, ils se contentaient de viser les grandes entreprises sur les principaux marchés du globe. Aujourd'hui, ils s'intéressent davantage aux entreprises moyennes et petites, sur un plus grand nombre de marchés. Les changements récents dans les réglementations européennes, qui ont renforcé les droits des actionnaires, ont également accru leur intérêt pour les marchés européens.

Les Néerlandais d'abord

L'indice Bel 20 d'Euronext Bruxelles "compte peut-être moins de grandes entreprises que nos voisins, mais son segment constitué de PME est robuste et attrayant pour les investisseurs engagés", note Deloitte. 

"Plus d'investisseurs engagés, cela signifie plus de concurrence et un besoin de trouver de nouvelles sociétés dans lesquelles investir - ce qui stimule l'intérêt pour les PME."
Lieve Creten
Associée Conseil financier chez Deloitte Belgique

L'augmentation du nombre d'activistes joue aussi un rôle dans cet élargissement de leurs cibles. "Plus d'investisseurs engagés, cela signifie plus de concurrence et un besoin de trouver de nouvelles sociétés dans lesquelles investir – ce qui stimule l'intérêt pou les PME", note Lieve Creten, associée chez Deloitte Belgique.

Les activistes néerlandais sont les premiers à s'intéresser au marché belge, devant les Britanniques et les Allemands.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés