Publicité

La charge mentale s'est accrue sur les entrepreneurs pendant la pandémie

Les entrepreneurs voient souvent les formalités administratives et comptables comme une forme de charge mentale. ©BELGA

Les professionnels souhaitent des services bancaires qui leur facilitent la vie d'un point de vue comptable et administratif. Pour ce faire, ils sont ouverts à l'idée d'une enseigne 100% numérique.

Petit à petit, l'économie redémarre. Après un an et demi de ralentissement pandémique, les entreprises peuvent regarder devant elle avec un certain optimiste. "Finalement, globalement, la crise n'a pas été aussi grave que ce que l'on pouvait craindre", constate Cédric Matte, directeur général retail chez CBC. "Elle a cependant eu un gros impact sur les besoins professionnels", ajoute-t-il.

27%
Un peu plus d'un quart des 354 répondants indique avoir réinventé leur business en raison de la crise du covid.

Selon l'Observatoire annuel mené par le bancassureur, 12% à peine des professionnels ont dû mettre leurs activités à l'arrêt depuis le début de la pandémie. Un quart des entrepreneurs a profité de celle-ci pour réinventer leur business, parmi lesquels près 90% se sont tournés vers le numérique pour ce faire. Parmi les solutions les plus adoptées par les professionnels figurent la prise de rendez-vous en ligne, le développement de la présence sur les réseaux sociaux et l'organisation de rendez-vous à distance.

Ces nouvelles pratiques ont induit de nouvelles attentes de la part des entreprises envers leurs banques. Elles demandent notamment de les aider dans leurs formalités administratives, comptables et financières (pour 46% des répondants), celles-ci constituant une charge mentale que la crise a encore amplifiée (selon 65% d'entre eux). Les clients de CBC souhaiteraient ainsi que les échanges avec leur comptable soient facilités ou la possibilité de vérifier la santé financière de leurs clients et partenaires.

Transformation rapide

"La législation belge est en retard par rapport aux besoins des entreprises et des salariés."
Arnaud Deplae
secrétaire général de l'UCM

Pour ce faire, les professionnels s'avèrent de plus en plus aptes à souscrire avec une banque 100% numérique. Quelque 30% des répondants se disent ainsi prêts à devenir client d'un établissement actif uniquement en ligne, même si une grosse majorité reste favorable à la possibilité d'entretenir des contacts avec des conseillers en agence. "Avec la pandémie, nous avons gagné cinq ans sur le changement de mentalité", estime Arnaud Deplae, secrétaire général de l'UCM. "Le monde de demain sera très différent de celui d'hier et il demandera de s'adapter rapidement."

Les entrepreneurs et les banques sont contraintes d'amorcer ces changements sans tarder, mais les pouvoirs publics doivent également mettre les bouchées doubles pour leur permettre de se développer. "Or, la législation belge est en retard par rapport aux besoins des entreprises et des salariés!", indique Arnaud Deplae. "Le monde va plus vite que la loi. Le télétravail reste ainsi mal encadré chez nous."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés