La formation des salariés touchée par le virus et l'impréparation des formateurs

Les heures consacrées à la formation, illustrées par cette visite du roi Philippe au centre de formation Technifutur, ont chuté de 39% en 2020. ©BELGA

La crise a fait chuter le nombre d'heures consacrées l'an dernier à la formation des employés, selon Securex. Mais le secteur a aussi tardé à s'adapter.

La formation des salariés a subi elle aussi, sans surprise, l'impact de la crise en 2020. Le volume de formations a toutefois chuté plus nettement que le total des heures travaillées, selon la tendance déduite par le groupe de services de ressources humaines (HR) Securex de l'évolution de sa base de clients. Le recours intensif au chômage temporaire ne suffit donc pas pour expliquer une telle baisse. Pour comprendre celle-ci, il faut s'en référer au confinement et à la vitesse (la lenteur) d'adaptation des organismes formateurs à la nouvelle donne, la formation à distance.

-39%
baisse du total des heures de formation
En 2020, le nombre d'heures de formation a diminué de 39% par rapport à 2019, selon l'estimation de Securex.

Le nombre d'heures de formation a chuté de 39% l'an dernier par rapport à 2019 alors que, dans le même temps, le nombre de jours travaillés n'a baissé que de 10%. Pour calculer cela, Securex a analysé les comportements de 211.171 salariés dans 28.234 entreprises privées: "Cela reste indicatif, car notre échantillon ne recoupe sans doute pas tous les secteurs d'activité dans les bonnes proportions, mais vu le nombre pris en compte, cela donne une tendance qui ne sera certainement pas démentie" quand on aura tous les chiffres, explique Guillaume Bosmans, expert en recherche HR chez Securex.

"Les organismes formateurs n'étaient pas suffisamment préparés à convertir leurs cours en enseignement numérique à distance."
Guillaume Bosmans
Expert en recherche HR de Securex

Le premier confinement a eu l'impact le plus fort, avec des chutes de 91 et 79% en avril et mai 2020, puis on a enregistré une certaine reprise des formations durant l'été, souvent dispensées à des groupes plus restreints, avant le deuxième confinement, où la baisse s'est avérée moins prononcée. Les organismes formateurs ont dû adapter en accéléré leurs offres à des formes d'enseignement hybrides ou numériques. Et "ils n'étaient pas suffisamment préparés à convertir leurs cours en enseignement numérique à distance", souligne Guillaume Bosmans. Ils ont toutefois fait des progrès durant l'année, avec pour résultante qu'ils ont pu donner davantage de formations hybrides ou entièrement numériques au deuxième "lockdown".

C'est le grand paradoxe du bilan 2020: s'ils avaient été mieux préparés aux formats numériques, les prestataires de formations auraient pu davantage limiter la casse. Mais ils ont saisi l'occasion pour adopter ces formats qu'ils ne maîtrisaient pas encore, de sorte qu'ils sont prêts, désormais, pour opérer à distance à plus grande échelle.

Vers un rattrapage en 2021

Tout cela n'est pas neutre pour les employeurs. Depuis le 1er janvier 2021, les entreprises qui améliorent les compétences de leurs employés par la formation ont droit, sous quelques conditions, à un nouvel avantage fiscal. Ils peuvent économiser 11,75% du précompte professionnel à payer sur la rémunération imposable des travailleurs ayant suivi la formation... pour autant que celle-ci ait été menée à son terme. "Il est d'autant plus important de rattraper en 2021 les formations manquées l'an passé, note Iris Tolpe, partenaire HR Consulting chez Securex. Car les avantages fiscaux sont calculés sur l'année au cours de laquelle la formation en question est achevée."

Compétence régionale, la formation des salariés fait l'objet d'un encadrement réglementaire bien précis. En Région wallonne et à Bruxelles, les organismes publics chargés de dispenser les formations professionnelles se sont adaptés aux mesures Covid prises par les gouvernements et ont introduit des programmes d'e-learning lorsque c'était possible, relève aussi Securex. Mais les gouvernements des deux Régions n'ont pas fourni de directives aux organismes publics et privés pour introduire l'apprentissage numérique dans les formations: notamment pour définir ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas. Il y a là un chantier ouvert pour les politiques...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés