La spin-off Elysia, nouveau fer de lance des familles Noël et Jolly

Elysia est le plus grand acteur européen sur le marché de niche des instruments de contrôle qualité pour les services de médecine nucléaire des hôpitaux. ©doc

Spécialiste des instruments de mesure de la radioactivité des médicaments utilisés dans l'imagerie médicale, la spin-off liégeoise accueille de nouveaux actionnaires.

Depuis le rachat en 2015 de son concurrent allemand en difficulté, Elysia a connu une croissance quasi-insolente de son chiffre d'affaires. Mieux, la spin-off liégeoise s'est hissée dans le top 3 mondial – et à la première place en Europe – des spécialistes des instruments du contrôle qualité des médicaments radiopharmaceutiques utilisés dans l'imagerie médicale par des clients comme IBA, Philips, GE Healthcare ou encore Siemens.

Sauf que voilà, si l'on retrouve son savoir-faire dans plus de 50 pays aujourd'hui, force est de constater que l'ampleur n'est pas toujours égale dans chaque région. Ainsi, aux États-Unis, marché au potentiel pourtant énorme, le chiffre d'affaires de la société ne représente à ce jour que de l'ordre de 400.000 euros – contre quelque 6,5 millions au niveau groupe sur l'exercice décalé 2020-2021. De même, dans des zones géographiques aussi intéressantes comme l'Amérique du Sud – ou demain l'Afrique – tout ou presque est à faire.

50
pays
L'on retrouve le savoir-faire d'Elysia dans plus de 50 pays aujourd'hui.

Que faire, dès lors? Elysia a choisi. Et s'est tournée vers Nomainvest, le véhicule d'investissement des familles Noël et Jolly que l'on retrouve historiquement à bord du géant des produits en mousse NMC, mais aussi du gestionnaire de patrimoine Econopolis, du fabricant de vitrages isolants Sprimoglass, de la biotech Hyloris , du spécialiste français des séminaires Châteauform' suite à son rachat en 2019 du Ceran, du spécialiste des nanotubes en carbone Nanocyl ou encore du concepteur de moteurs version horlogerie Mirmex pour ne citer que ces exemples.

Le holding basé dans les cantons de l'Est et actif à cheval sur la Belgique et l'Allemagne détiendra désormais un peu plus de 10% du capital de la spin-off liégeoise, a-t-on appris. Objectif? Soutenir les développements futurs de la société. En effet, "on aura désormais la possibilité de faire appel à eux pour des opérations de croissance externe", évoque François Moonen, CEO et fondateur d'Elysia en 2014.

"On aura désormais la possibilité de faire appel à eux pour des opérations de croissance externe."
François Moonen
CEO et fondateur d'Elysia

Par le passé, la société avait déjà pu compter sur le soutien de l'invest liégeois Noshaq – qui le réitère d'ailleurs ici aussi –, du fonds de capital-risque Inventures, tous deux toujours actionnaires, de même que de l'outil régional de financement des exportations et de l'internationalisation qu'est la Sofinex. Une campagne de crowdfunding était aussi intervenue dès 2014, amenant la plateforme Spreds à être aussi présente au capital, le reste des parts étant aux mains des "family & friends" et des associés-fondateurs.

Chiffres clés

  • Fondée en 2014.
  • Réalise 6,5 millions d'euros de chiffre d'affaires entre mi-2020 et mi-2021, dont 90% à l'export.
  • Présente dans plus de cinquante pays.
  • Emploie 45 personnes.
  • Actionnaires: Nomainvest (13%), Noshaq (37%), Inventures (29%), Spreds (10%) et les fondateurs ainsi que les "family & friends" (11%).

90% à l'export

Quid de la crise sanitaire? Si elle aura évidemment eu des conséquences notables sur les chiffres avec une croissance limitée à 2% entre mi-2019 et mi-2020, la situation semble peu à peu se normaliser. Sur l'exercice décalé 2020-2021, deux chiffres de croissance annuelle furent effectivement à nouveau à dénoter. La raison est simple: "bien qu'une halte des tests ait été enregistrée lors du premier confinement, le traitement du cancer reste évidemment important", souligne l'ingénieur chimiste aux commandes. S'ajoute à cela un chiffre d'affaires réalisé à 90% à l'export, estompant quelque peu un risque de paralysie totale de la demande.

Du reste, la période aura en réalité été propice à une mutation des pratiques commerciales notamment. "Là où l'on fournissait beaucoup de services sur place par le passé, désormais, on peut faire beaucoup via visioconférence ou des vidéos explicatives", conclut François Moonen.

10
millions d'euros
Elysia vise les 10 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2023.

Elysia emploie à ce jour 45 personnes. Et vise un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros d'ici 2023.

Le résumé

  • Elysia est le plus grand acteur européen sur le marché des instruments de contrôle qualité pour les services de médecine nucléaire des hôpitaux.
  • La société accueille désormais le holding des familles Noël et Jolly au capital.
  • Objectif? L'accompagner dans son développement, qui passera par une accélération aux États-Unis.
  • Noshaq, Inventures et Spreds font partie des actionnaires historiques de la spin-off liégeoise.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés