Le Dr. House des machines industrielles se renforce à l'étranger

L'actuel CEO Fabrice Brion cofondait l'entreprise en 2004, après un mémoire sur la maintenance prédictive. ©Kristof Vadino

Le spécialiste montois de la maintenance prédictive I-Care a en effet racheté un acteur hollandais. Tout comme il se lance aussi au Royaume-Uni.

Six mois à peine après s'être adjoint les compétences et les 35 employés du spécialiste gembloutois dans la calibration et les mesures industrielles Mecotec, I-Care remet le couvert. Mais avec une particularité: cette fois, l'appétit du Dr. House montois des machines industrielles s'est donné à voir hors de nos frontières. Une première.

La société vient effet de reprendre courant de semaine dernière Dutch World-class Maintenance Group (DWMG) aux Pays-Bas, a-t-on appris. Une PME au chiffre d'affaires certes modeste – de l'ordre du quart de million d'euros –, mais qui permettra désormais à la filiale locale de la société montoise d'aller chercher des clients jusqu'ici inaccessibles. Et ce, malgré son million et demi d'euros de chiffre d'affaires réalisé outre-Moerdijk et un savoir-faire reconnu mondialement. En effet, I-Care est leader en Europe et dans le top cinq mondial pour ses activités de maintenance prédictive.

Cap vers le Royaume-Uni

En parallèle, une autre sortie hors de Belgique est aussi à noter. Et pour cause, la société fondée en 2004 par Fabrice Brion au sortir de ses études s'est décidée à lancer dans le même temps les hostilités au Royaume-Uni, marché historique de la maintenance prédictive puisque c'est par-là que le métier a gagné le Vieux continent après être né aux États-Unis dans les années 80.

Nominée à l'Entreprise de l'année

Pour sa 25e édition, l'Entreprise de l'année sera choisie parmi des sociétés familiales riches de plusieurs générations et des jeunes pousses de moins de 20 ans. I-Care (Mons) fait partie des nominées aux côtés de Dubuisson (Pipaix), Efficy (Bruxelles), Technord (Tournai) et TRBA (Péruwelz). La remise du trophée aura lieu le lundi 7 décembre 2020.

Ce qui a joué? "La bonne personne", confie Fabrice Brion, CEO. "On avait pensé s'y déployer par le passé déjà, mais sans que cela n'aboutisse. Ici, les choses ont fait qu'on a pu embaucher quelqu'un, que je connaissais de longue date, disposant de plus de 20 ans d'expérience sur le marché local. On espère que ce sera le déclic pour que notre société puisse se développer outre-Manche".

Après tout, c'est que le marché y est mature et plein d'opportunités, entend-on. De fait, "les premiers acteurs de notre secteur se sont lancés là-bas il y a 30 ans. Aujourd'hui, on ne fait plus rien comme à l'époque. Tout est de plus en plus numérique. Alors, de nombreux patrons locaux, qui font face à des investissements conséquents dont ils peinent à voir comment ils seront rentables, songent à faire un pas de côté, approchant de l'âge de la retraite au passage".

7,5
millions €
Fort de 7,5 millions d'euros levés en 2018 auprès de la SRIW et de l'IMBC, I-Care a choisi de jouer un rôle actif dans la consolidation de son marché.

Ce qui tombe à pic puisque I-Care a acté en 2018, fort de 7,5 millions d'euros levés auprès de la SRIW et de l'IMBC, qu'il mangerait plutôt que serait mangé. Une stratégie qui fut aussitôt officialisée par le rachat du flamand ARG la même année.

Une acquisition au Royaume-Uni fait donc partie du champ des possibles. Pour autant, "il ne s'agit pas de croître trop vite", prévient le patron aux bientôt 50 millions de chiffres d'affaires pour plus de 400 employés. "Notre approche est celle d'une croissance planifiée, pour qu'elle soit saine."

La société montoise I-Care est spécialisée dans le diagnostic à distance des machines industrielles. Avec 325 employés et une croissance de 25% par an, elle fait partie des figures de la Wallonie qui entreprend.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés