Le fisc descend à la Gimv

Koen Dejonckheere, le CEO de la Gimv ©Photo News

Les inspecteurs des Finances ont des questions sur les participations historiques belges et étrangères de la Gimv, la société publique flamande d'investissements. Les questions tournent principalement autour des fonds.

Depuis ce lundi matin, les services du fisc ont investi les locaux du siège de la Gimv à Anvers. L'information a été confirmée par Frank De Leenheer, le porte-parole de l'invest public flamand. "Ils posent des questions sur les participations historiques, principalement dans les fonds dans le cadre d'une enquête fiscale", explique-t-il laconiquement tout en précisant qu'il n'est nullement question de perquisitions, ni même d'une enquête judiciaire. Selon lui, il n'est pas question non plus de paradis fiscaux. "Nous avons informé la FSMA (autorité des marchés financiers, NDLR) de la venue du fisc. Nous apportons notre entière collaboration."

"Nous avons informé la FSMA de la venue du fisc. Nous apportons notre entière collaboration."
Frank De Leenheer
Porte-parole de Gimv

Ces dernières années, la Gimv a, lentement mais sûrement, démantelé le deuxième pilier de ses activités, à savoir les participations dans des fonds de tiers. Au début de cette année, dans le bulletin passant en revue les trois premiers trimestres de son exercice décalé, on pouvait s'apercevoir qu'une "sélection" des fonds dans laquelle la Gimv était actionnaire a été en partie ou totalement vendue à divers fonds d'investissements étrangers. Ce qui a réduit d'un coup le portefeuille de fonds de 23,4 millions d'euros.

Le fisc s'intéresserait aussi aux sociétés en portefeuille chez la Gimv. Une information que la société publique flamande a refusé de commenter. 


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés