Publicité

Le fonds souverain saoudien investit à tout-va en période de crise

Le mandat du fonds souverain saoudien a été élargi en 2015 par le prince héritier Mohammed bin Salman pour inclure les investissements internationaux. ©Reuters

Le PIF, de son petit nom, est en effet monté à bord de Boeing, Facebook, Citigroup, Marriott, Disney, Bank of America ou encore Berkshire Hathaway ces derniers mois.

Alors que l'économie mondiale est en souffrance, le fonds souverain d'Arabie saoudite a profité de la situation pour prendre des participations minoritaires à hauteur de plusieurs centaines de millions de dollars dans de grandes sociétés américaines, ressort-il d'un dépôt réglementaire.

Le Public Investment Fund (PIF) a en effet déclaré une participation de 713,7 millions de dollars dans Boeing, environ 522 millions dans Citigroup, 522 millions dans Facebook, 514 millions dans Marriott, 495,8 millions dans Disney et 487,6 millions dans Bank of America, auprès du gendarme boursier américain (SEC). De même qu'une petite participation du côté de Berkshire Hathaway, et quelque 827,7 millions de dollars, au Royaume-Uni, là, dans la société pétrolière BP.

Nous recherchons activement des opportunités stratégiques en Arabie saoudite et dans le monde qui ont un fort potentiel pour générer des rendements importants à long terme tout en profitant davantage au peuple d'Arabie saoudite et en stimulant la croissance économique du pays.
Yasir Al-Rumayyan
Gouverneur du fonds souverain saoudien

Qu'un début, car ledit fond, doté de 300 milliards de dollars et désormais actif hors des frontières depuis un go donné en 2015 par le Prince Mohammed bin Salman, envisagera "toute opportunité" découlant du contre-coup économique de la crise du coronavirus, déclarait il y a quelques semaines encore son gouverneur, Yasir Al-Rumayyan. S'attendant à voir "de nombreuses opportunités", avait-il prédit à l'époque, citant en exemple les compagnies aériennes, les sociétés d'énergie et de divertissement comme pistes.

Il n'aura pas perdu de temps, lui qui, le mois dernier, révélait aussi une participation de 8,2% dans Carnival Corp, plus important opérateur du marché des croisières. De même que, plus tôt cette année, des participations dans Royal Dutch Shell, Total, Eni et Equinor.

Enfin, le PIF détient aussi des participations dans Uber Technologies et le constructeur de voitures électriques Lucid Motors par exemple.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés