breaking-news

Le tandem Profirst-Bogaerts reprend le Cercle de Lorraine

Le Cercle de Lorraine sera intégré au B19, le corporate club de John-Alexander Bogaerts. ©Kristof Vadino

L'offre de reprise du duo Profirst-John-Alexander Bogaerts a été retenue ce mercredi. La marque Cercle de Lorraine serait vouée à disparaître.

Placé sous protection judiciaire au début du mois de mai, le Cercle de Lorraine a trouvé repreneur ce mercredi. La semaine dernière, les deux candidats à la reprise du cercle d'affaires bruxellois avaient en effet soumis leurs offres finales à Ysabelle Ensch, la mandataire de justice en charge du dossier.

Pour rappel, étaient en lice un consortium, Le Cercle en formation, emmené par l’actuelle directrice Isabelle Simon, et le duo formé par le groupe événementiel Profirst et John-Alexander Bogaerts, fondateur du Cercle B19. Ce sont donc ces derniers qui auront la responsabilité d'offrir une seconde vie à l'institution fondée en 1997 par l'homme d'affaires Stéphan Jourdain.

Contactée par nos soins, Isabelle Simon, l'actuelle directrice générale du Cercle et candidate repreneuse déçue s'est refusée à tout commentaire mais a tenu à indiquer son intention de faire appel de la décision "immédiatement".

Personnel conservé

250.000
euros
Le montant cash de l'offre du duo gagnant s'élève à 250.000 euros.

L'offre proposée par  le tandem Profirst-Bogaerts, qui a postulé via la société Wild Gallery (filiale à 100% de Profirst qui exploite des espaces événementiels), s'élève à 250.000 euros et suppose le maintien de l'ensemble du personnel (11 personnes). Quant au maintien de la directrice générale à la tête du Cercle, rien n'est moins sûr. Ici, les repreneurs disent avoir une "approche très ouverte" mais leur opposition à Isabelle Simon dans le projet initial de reprise semble compromettre toute collaboration future.

Le duo valorise le mobilier du Cercle à 160.500 euros, permettant de couvrir les arriérés de loyer, mais considère que le fichier de membres ne vaut quasi rien. De plus, la collaboration avec le traiteur Loriers devrait être prolongée.

Le Cercle de Lorraine souffrait de fonds propres négatifs et avait accusé une perte de près de 7,2 millions d'euros l'an dernier.

Il semblerait enfin que la solidité du bilan du groupe Profirst ait pesé lourd dans la balance. En effet, la société emmenée par Bruno Pani pèse 15 millions d'euros de chiffre d’affaires, près d'un million de bénéfice et, surtout, 4 millions de fonds propres. Rappelons que le Cercle de Lorraine souffrait de fonds propres négatifs et avait accusé une perte de près de 7,2 millions d'euros l'an dernier.

Disparition de la marque "Cercle de Lorraine"

Pour le futur, le tandem envisage de faire du cercle d'affaires un lieu à deux vitesses.

Pour le futur, le tandem envisage de faire du cercle d'affaires un lieu à deux vitesses. D'abord, il est prévu que l'Hôtel de Mérode, le quartier général historique, soit transformé en un lieu dédié à l'organisation d'événements corporate, profitant ainsi de l'expertise de Profirst.

Ensuite, le côté "cercle d'affaires" serait lui maintenu, mais repris sous la coupole de B19. Ici, d'après nos informations, il est prévu que le concept de corporate club tel que développé par John-Alexander Bogaerts soit étendu au Cercle et que les entreprises membres actuelles bénéficient d'un an de cotisation gratuite au B19 nouvellement agrandi (soit jusqu'à 9.000 euros selon les options). La marque "Cercle de Lorraine" serait ainsi vouée à disparaître.

"Il y a de fortes chances que le nom 'Cercle de Lorraine' ne soit pas conservé parce qu'il est lié a trop de rumeurs."
Bruno Pani
CEO de Profirst

Contacté par L'Echo, le CEO de Profirst, Bruno Pani, s'est ici montré prudent mais a abondé en ce sens: "il y a de fortes chances que le nom ne soit pas conservé parce qu'il est lié a trop de rumeurs". La volonté du duo de repreneurs est en effet de "donner une dynamique plus jeune, plus entrepreneuriale et plus internationale au corporate club". Bruno Pani a également insisté sur l'importance de séparer le Cercle nouvelle version de tout mouvement politique et de toute communauté linguistique.

Enfin, en ce qui concerne les obligataires, à qui le Cercle doit encore plus de 5 millions d’euros, le duo Profirst-Bogaerts compterait offrir le membership à vie au B19 à ceux qui n’ont pas encore été indemnisés.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés