tribune

Le télétravailleur n'a décidément plus le moral

84% des employés désirent, à l’avenir, pouvoir choisir de travailler au bureau ou à domicile, et d’organiser leurs plages de travail. En attendant, dans la moitié des entreprises interrogées la santé mentale des employés est en déclin.

Le moral au télétravail pâtit fortement en ce troisième confinement. Selon une étude de Censuswide menée auprès de 10.095 collaborateurs européens, un quart des télétravailleurs belges estime que leurs managers ne leur font pas confiance. Cette proportion est la plus élevée d'Europe... Par ailleurs, 56% d’entre eux pensent aussi que leur travail à distance n’est pas apprécié à sa juste valeur et un Belge sur six se dispenserait bien du télétravail.

Dans la moitié des entreprises interrogées la santé mentale de leurs employés est en déclin.

Dès que le retour au travail « normal » sera autorisé, on peut donc raisonnablement s’attendre à une ruée vers les bureaux. Tous les moyens seront bons pour revoir les collègues, voire de les rencontrer pour la première fois. En ce qui me concerne, j'organise des promenades avec mes équipes mais malgré ce genre d'initiative j’ai également hâte de pouvoir nous retrouver autour d’une table de réunion.

Mes collègues et moi ne sommes, du reste, pas les seuls à en croire une enquête du VOKA qui montre que dans la moitié des entreprises interrogées la santé mentale de leurs employés est en déclin depuis quelques mois. Et que la majorité des employés souhaitent un retour au bureau, au moins une fois par semaine.

Perspectives de carrière limitées

En attendant, les visioconférences restent de mise jusqu’à nouvel ordre. Elles laissent malheureusement peu de place aux bavardages entre collègues, comme avant. Quant aux nouveaux employés, ils ont du mal à se retrouver dans leur nouvelle organisation. Ils se sentent "déconnectés". Au bout du compte, c'est tout le tissu social en entreprise qui se désagrège petit à petit.

Autre fait intéressant à relever dans ce contexte de télétravail imposé, un travailleur sur deux environ (51%) redoute aujourd'hui que le télétravail limite ses perspectives de carrière. D’après eux, leur chance d’obtenir une promotion est plus importante s’ils sont aux côtés de leurs managers. Sans surprise donc, huit Belges sur dix estiment qu’il est crucial que leurs managers maintiennent un contact rapproché avec eux, malgré la distance.

70%
70% des personnes interrogées jugent qu’il n’est pas nécessaire d’être dans la même pièce pour travailler ensemble efficacement.

Il est vrai qu'aujourd'hui même une tape dans le dos virtuelle peut faire des merveilles ! Avec mon équipe, nous organisons ainsi des cours d’œnologie en ligne ou des quiz le vendredi. Nous prenons aussi des pauses-café virtuelles. Libre à chacun de trouver la formule qui lui sied.

Tout ou rien

Une fois que nous serons tous vaccinés et que nous aurons retrouvé les embouteillages quotidiens, il est fort probable que nous basculerons sur un modèle de travail hybride. Plus de 70% des personnes interrogées jugent d'ailleurs, à cet égard, qu’il n’est pas nécessaire d’être dans la même pièce pour travailler ensemble efficacement. Heureusement donc, l'idée reçue qu'un employé serait uniquement productif au bureau est bel et bien dépassée.

Pour autant, selon Frederik Anseel, professeur à l’Université de Sydney, le régime de travail hybride pourrait conduire à des résultats extrêmes en raison d'une mauvaise dynamique de groupe. Au lieu de l’équilibre recherché, la pratique deviendrait alors celle du « tout ou rien ». Comme à Sydney, par exemple, où les employés ont globalement tous repris leurs anciennes habitudes.

Pour mettre en place ce mode de travail hybride durable, il faudra faire en sorte que chacun se sente impliqué.

Chez nous, 84% des employés souhaitent pouvoir choisir de travailler au bureau ou à domicile à l’avenir et voudraient organiser, en conséquence, leurs plages de travail. Mais pour mettre en place ce mode de travail hybride durable, il faudra faire en sorte que chacun se sente impliqué. Cela signifie, par exemple, lors de réunions hybrides d'accorder autant d'attention aux télétravailleurs qu’aux personnes présentes dans la pièce. La technologie pour y parvenir existe. Pour autant, seulement 54% des employés belges possèdent un équipement de qualité égale au bureau et à la maison.

Bref, si nous, managers, n’offrons pas notre confiance aux télétravailleurs, en plus de sérieuses perspectives d'évolutions, nous tomberons effectivement dans le piège du « tout ou rien », sans réel aménagement du travail. Il est temps d’en prendre conscience sans quoi le moral des télétravailleurs continuera de décliner ou alors nous nous retrouverons bientôt, de nouveau, coincés dans des embouteillages.

Arnaud Spirlet
Directeur général de Cisco Belgique

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés