Le Val Saint Lambert signera sa relance dans un an avec ses nouvelles collections

André Houet, le CEO du Val Saint Lambert ©SISKA VANDECASTEELE

Douze mois après son entrée en fonction, le nouveau CEO du Val Saint Lambert André Houet livre sa stratégie pour faire renaître ce fleuron wallon.

Cela fait quinze mois que l’homme d’affaires belgo-congolais George Forrest a repris la cristallerie du Val Saint Lambert et un an qu’a été nommé à sa tête André Houet. Objectif: assigner une nouvelle stratégie à ce fleuron de l’artisanat wallon et le faire revivre. Une mission guère évidente, quand on se rappelle que le Val est tombé trois fois en faillite, la dernière datant d’octobre 2013, et qu’entre-temps l’activité était tombée à quasi rien…

©SISKA VANDECASTEELE

"C’est une mission motivante, même si pas aisée tous les jours et pas rémunérateur pour moi", lance André Houet qui peut exciper d’une grande expérience de directeur financier et de conseiller en restructuration. Car le nouvel administrateur délégué travaille bénévolement au Val, tout comme les autres administrateurs de la société qui exploite la cristallerie: Pierre Chevalier, Michèle Lempereur et le comte Michel Komorowski. Une situation peu banale, justifiée par la hauteur du défi.

Ne pas répéter les erreurs

©SISKA VANDECASTEELE

Jacques Somville, le dirigeant qui avait repris l’entreprise et relancé l’activité sous le nom de Belgian Cristal en avril 2014, après six mois d’arrêt, s’était empêtré dans un projet commercial à Dubaï, qui n’a pas marché parce que le môle investi en face de deux hôtels de luxe n’a pas attiré les boutiques et la clientèle espérés. Somville, dont l’unique fils n’était pas intéressé à lui succéder, a demandé à André Houet d’analyser la situation du Val, puis de lui trouver un partenaire investisseur.

C’est ainsi que George Forrest est intervenu dans le dossier: en mai 2018, il a racheté, à titre personnel, 75% des parts de Belgian Cristal et a demandé à Houet de l’aider à sauver l’entreprise, entre-temps rebaptisée Val Saint Lambert SA. "Nous avons étudié les erreurs ayant mené aux faillites du passé, souligne André Houet. Une des erreurs a été de lancer des nouveaux produits à grands coups de publicité, de marketing et de participations à des foires internationales. Cela a coûté beaucoup d’argent, puis, quand les commandes parvenaient au Val, l’outil n’avait pas assez de capacité pour suivre." Autre erreur commise par ses prédécesseurs: "les politiques et les syndicats étaient fort impliqués dans la gestion de la cristallerie. Il y a eu surenchère en termes de protection sociale, ce qui a également coûté cher à la société."

©SISKA VANDECASTEELE

Depuis, l’affaire est repartie d’une feuille blanche. "On ne veut pas avancer trop vite, il faut que l’outil et le personnel soient suffisamment puissants pour suivre les commandes." La société est en train de recruter du personnel; ce n’est pas facile, car il n’y a plus de formation de verrier en Belgique. Deux souffleurs du Val de l’ancien régime, ont été réengagés, à côté de deux jeunes. Aujourd’hui, l’équipe compte quinze personnes, et l’entreprise continue à recruter en ciblant les compétences.

Haut de gamme et modernité

"Dans ce métier, on ne peut commettre aucune erreur."
andré houet administrateur délégué Val Saint lAMBERT sa

"On repositionne le Val comme une cristallerie de luxe qui a pour concurrents les Baccarat, Saint Louis et autre Lalique, explique Houet. On fait du très haut de gamme. Les gens ont conservé l’image du Val Saint Lambert du passé, on veut garder celle-ci tout en la remettant au goût du jour. Ce qui implique qu’on va créer de nouvelles collections. Rowena Forrest, la fille de notre actionnaire, a rejoint l’entreprise avec une formation de créatrice de mode de haut niveau. Elle va diriger la création avec des designers internes et externes, qui valideront les projets. Car dans ce métier, on ne peut commettre aucune erreur."

La société va, en parallèle, investir dans l’outil: après avoir bâti un nouveau four, un four complémentaire et un investissement dans l’atelier de taille sont programmés. Côté commercial, un show-room propose les produits du Val sur le site à Seraing. Un magasin d’usine vient d’être inauguré à ses côtés, tandis que des partenariats ont été conclus avec cinq opérateurs: hôtels, bijoutiers… D’autres vont suivre.

©SISKA VANDECASTEELE

La cristallerie commencera par concentrer ses efforts commerciaux sur le marché belge. "Il faut que les Belges redeviennent amoureux de nos produits."

"Notre premier objectif est d’être autosuffisant, égrène le CEO. On n’y est pas encore, car on doit encore investir, mais on s’en approche. Deux, il faut mettre en œuvre tous les investissements prévus. Trois, créer rapidement deux nouvelles collections, une collection de pièces de très haut de gamme qui évoque l’héritage du Val, et une autre plus moderne, plus abordable aussi, en appliquant toujours les mêmes critères de qualité." Les nouvelles collections devraient être prêtes pour le deuxième semestre de l’an prochain. "Ce sera la vraie renaissance du Val", conclut André Houet.

Parcours | passés congolais

Trois des protagonistes de la relance du Val se sont connus au Congo. André Houet a été directeur financier de la Gécamines à Lubumbashi. Il y a plus de 20 ans, il y a rencontré George Forrest et Jacques Somville, tous deux sous-traitants de la compagnie minière à l’époque. Il a retrouvé Jacques Somville par hasard en 2017 lors d’un voyage au Katanga: c’est là que ce dernier lui a parlé pour la première fois de la cristallerie.

Un quatrième acteur de la saga a aussi un passé congolais. Le comte Michel Komorovoski, dont une des nièces n’est autre que la reine Mathilde, a passé dix ans au Kivu, avant de retourner régulièrement au Congo depuis trois ans dans le cadre de missions de conseiller qu’il effectue entre autres pour la Fondation Michelin. Ce qui l’a attiré dans le projet du Val, c’est "la personnalité de George Forrest, un industriel et un pionnier, qui exerce aussi des activités culturelles, artistiques et philanthropiques au Katanga".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés