Les écoles d'anglais Kids&Us charment petits et grands

©Kids and Us

Les écoles d’anglais Kids&Us poussent comme des champignons en Belgique. Focus sur une méthode qui fait des adeptes.

Du haut de ses trois ans et demi, Charlie interpelle sa mère dans la cuisine. "Mummy, what are you doing?", demande-t-elle avec un accent british à faire pâlir la duchesse de Cambridge. "I am making you a sandwich", répond cette dernière, mi-effrayée, mi-impressionnée par cette élocution spontanée. Charlie n’évolue pas dans un milieu familial bilingue depuis sa naissance. Ses parents lui parlent uniquement en français, rarement en néerlandais, quelques fois en anglais. Mais depuis un peu moins d’un an, elle suit des cours d’anglais dans un des 11 centres Kids&Us répartis en Belgique.

L’année 2017 est une année charnière pour Kids&Us.

En cinq petites années, la méthode d’apprentissage de l’anglais développée en 2003 par Natália Perarnau, une mère de famille catalane, a conquis près de 2.500 enfants dans notre pays. "Le taux de rétention était de 80% en 2016. Et nous pensons qu’il passera à 85% en 2017 et que nous atteindrons 3.500 enfants en 2018", explique Laurent Avela, responsable de Kids&Us Belux, qui nous reçoit dans le centre hyper coloré Kids&Us Teens & Tweens à Kraainem, une première mondiale destinée aux alumnis de la méthode.

Créer une base de données phonétiques

Une des grandes spécificités de la méthode Kids&Us est qu’elle est accessible aux enfants dès l’âge d’un an. "Le pic d’apprentissage d’une langue, c’est entre 0 et 3 ans", commente Laurent Avela. Et jusqu’à l’âge de 7 ans, les enfants restent encore très "perméables". L’accent est mis sur l’immersion linguistique: à chaque âge, son personnage auquel les enfants peuvent facilement s’identifier au travers de leurs aventures et de leurs centres d’intérêt. "Les personnages ont été créés au fur et à mesure en fonction de l’âge de la fille de Natalia, qui a servi de ‘cobaye’ en quelque sorte", ajoute Laurent Avela.

Surtout, la méthode s’emploie à reproduire le processus naturel d’acquisition de la langue maternelle et n’entend certainement pas se substituer à l’apprentissage de la langue, de la lecture ou de l’écriture enseigné dans les écoles. "Le premier pilier c’est l’écoute. Jusqu’à l’âge de 8 ans, aucun élève n’apprend à lire ou écrire l’anglais. Notre objectif, c’est avant tout de créer une base de données phonétiques via l’écoute et la répétition", détaille Laurent Avela.

Une progression fulgurante

À l’origine, Natália Perarnau commence à développer ses activités en Catalogne sous la forme de licences accordées à une série de centres mais dès 2007, elle change son fusil d’épaules pour favoriser un système de franchises. En moins de 10 ans, Kids&Us a ouvert 375 centres, dont la grande majorité en Espagne, mais également en France, en Italie, au Portugal, à Andorre, au Mexique, en République tchèque et au Maroc. Au total, cela devrait représenter quelque 115.000 enfants en 2018.

©Kids and Us

En Belgique, Kids&Us n’apparaît qu’en 2012 lorsque Laurent Avela et sa femme, Patricia Wallis, obtiennent la master franchise. "On a pris un risque parce que c’était un franchiseur en pleine croissance mais qui n’avait pas 5 ans d’expérience et moins de 50 franchisés, se souvient Laurent Avela. Tout le défi consistait à gérer cette croissance." Le premier centre Kids&Us ouvre à Stockel en 2012, suivront ensuite Wavre et Waterloo, puis Namur, Uccle et Wemmel. "En 2015, il n’y a eu aucune ouverture. Nous cherchions surtout à consolider le réseau", ajoute encore Laurent Avela.

L’ouverture d’une nouvelle franchise représente un investissement important, de l’ordre de 150.000 à 200.000 euros. Et pour être rentable, il faut bien sûr remplir les classes. "En moyenne, tous les centres ont atteint le break-even. Pour être rentable, il faut au moins 5 à 6 élèves par groupe", assure Laurent Avela, qui souligne au passage l’existence d’un budget marketing national grâce aux royalties de publicité.

Entre 15 et 20 centres

Après Liège en 2016, Kids&Us ouvrira trois nouveaux centres en septembre 2017 à Nivelles, Gerpinnes et Waregem. "Il s’agira de notre premier centre en Flandre. De son succès dépendra notre déploiement dans le nord du pays", déclare Laurent Avela. À moyen/long terme, Kids&Us envisage également de nouvelles ouvertures en Wallonie et à Bruxelles. "Deux à trois au Luxembourg, un ou deux encore à Bruxelles mais nous regardons aussi Mons, Marche-en-Famenne, Hannut ou encore Tournai", concède Laurent Avela, tout en ne voulant pas précipiter les choses. "L’année 2017 est une année charnière pour nous", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés