Les employeurs prévoient de ralentir le rythme des embauches

©PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Selon le baromètre Manpower, les patrons belges suivent la tendance européenne de coup de frein sur les recrutements. Bruxelles est la région la plus touchée par le phénomène. Le secteur de l'horeca et l'industrie manufacturière s'essoufflent.

Le rythme des embauches devrait fléchir au troisième trimestre de l'année 2019. D'après le Baromètre Manpower publié ce mardi, sur les 752 employeurs belges sondés fin avril, 4% envisagent de renforcer leurs effectifs d'ici la fin du mois de septembre, 1% prévoit de les réduire et 95% n'anticipent aucun changement.

Le baromètre Manpower des perspectives d'emploi ©Manpower

La "prévision nette d'emploi", qui représente la différence entre le pourcentage d'employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements, atteint, après correction des variations saisonnières, la valeur "prudente" de +3. Cela correspond à une baisse de trois points par rapport au trimestre précédent et d'un point par rapport au troisième trimestre 2018 (voir graphique ci-contre).

La Flandre et la Wallonie plus optimistes 

Ce recul des intentions de recrutement n'est pas propre aux employeurs belges. Il se retrouve également dans le chef de la plupart de leurs homologues européens.

©Manpower

Les perspectives d'emploi pour le prochain trimestre sont positives dans les trois régions du pays. Manpower s'attend à ce que l'emploi progresse de façon modérée en Wallonie (+6) et en Flandre (+5), tandis qu'il devrait rester stable à Bruxelles (+1). 

Par rapport au trimestre précédent, la prévision nette d’emploi enregistre un recul de 4 et 3 points à Bruxelles et en Flandre, tandis qu’elle baisse de 1 point en Wallonie. 

L'horeca stagne 

Enfin, les employeurs de huit des 10 secteurs sondés prévoient de créer de nouveaux emplois au cours du troisième trimestre 2019. Ce sont les employeurs des secteurs des industries extractives (+8), de l’électricité, gaz et eau (+6) et des services publics, en particulier pour l’éducation et la santé (+6), qui rapportent les intentions de recrutement les plus fortes.

A l'inverse, l'emploi ne devrait pas évoluer et rester stable dans les secteurs du commerce de gros et de détail (+1) ainsi que dans l’horeca et l’industrie manufacturière (tous deux à 0).

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect