Les entreprises en croissance ont levé deux fois plus de fonds

©Frédéric Pauwels / HUMA

Les investisseurs étrangers ont trouvé cette année le chemin menant aux scale-ups belges. Les secteurs de la technologie et de la biotechnologie ont été les deux moteurs des récoltes de capitaux.

Les entreprises technologiques et biotechnologiques belges non cotées en Bourse n’ont manifestement eu aucune peine à se financer l’an dernier : elles ont récolté près de 728 millions d’euros en douze mois, deux fois autant qu’en 2017 – qui était déjà une année record. Les entreprises en croissance ont ainsi récolté plus de capitaux qu’au cours des deux années précédentes réunies. On a également recensé quelque 129 levées de fonds, un autre record.

Les deux locomotives de cette croissance sont les investisseurs et les entreprises biotechnologiques étrangers. D’une part, les investisseurs étrangers s’intéressent de plus en plus aux start-ups et scale-ups belges. Il est de plus en plus courant de voir apparaître de puissants et prestigieux fonds de capital-risque de la Silicon Valley lors des levées de fonds de quelques dizaines de millions d’euros – pensez à Iconiq Capital, Insight Venture Partners ou Index Ventures.

D’autre part, l’écosystème de réputation internationale qui s’est développé autour des biotechnologies attire des entreprises biotechs étrangères. L’an dernier, leur arrivée s’est souvent accompagnée de levées de fonds, notamment auprès d’investisseurs locaux. Les entreprises biotechnologiques ont pris à leur compte un peu plus de 40% des fonds récoltés par les entreprises de croissance en 2018. Elles ont également trois des cinq plus grandes levées de fonds à leur actif.

Iteos en tête

75 millions
de dollars
La plus grande levée de fonds belge de l’année est à mettre au crédit de l’entreprise biotechnologique Iteos, qui a récolté 75 millions de dollars (64 millions d’euros)

La plus grande levée de fonds belge de l’année est à mettre au crédit de l’entreprise biotechnologique Iteos, qui a récolté 75 millions de dollars (64 millions d’euros). L’entreprise espère ainsi réaliser une percée dans l’immunothérapie, c’est-à-dire les traitements visant à renforcer le système immunitaire des patients souffrant d’un cancer dans la lutte contre les cellules cancéreuses. Deux autres entreprises biotechnologiques apparaissent dans le top 5 : Camel-IDS (37 millions d’euros) et Miracor (25 millions).

Les entreprises technologiques du top cinq sont Collibra et Showpad. Pour accélérer leur internationalisation, elles ont recueilli plusieurs dizaines de millions d’euros ces dernières années, notamment auprès de financiers de la Silicon Valley. Collibra a ainsi récolté 48 millions, et Showpad 35 millions. Les cinq plus grandes levées de fonds pèsent un total de 209 millions d’euros, les dix plus grandes, 315 millions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés